Vive les tapes dans le dos et les coups de pied là où il faut

Josée Beaudoin. La recrue qui écrivait un 500 mots... (SPECTRE MÉDIA)

Agrandir

Josée Beaudoin. La recrue qui écrivait un 500 mots à la fois.

SPECTRE MÉDIA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Beaudoin

Des tapes dans le dos et des coups de pied au derrière... J'ai reçu les deux en 2015 et j'en souhaite à tout le monde en 2016, moi la première.

La tape d'abord. Au travail, je fais partie d'une équipe de pros de la tape dans le dos pour qui les mercis et les bravos se distribuent au quotidien sans compter. Mais la tape de toutes les tapes, elle est venue de mon collègue par un jour où je me sentais le cerveau dans le formol et l'estime de moi dans le troisième sous-sol. Ce jour-là, il m'a dit : « Tu sais Josée, j'aime mieux travailler avec toi au huitième de ta forme qu'avec n'importe qui d'autre top shape. »

Cette tape-là est tellement puissante qu'elle passe direct du dos au coeur en vous bombant le torse pour une bonne douzaine de mois. Essayez-la sur votre collègue le plus proche. Ça risque de faire son année.

Le coup de pied ensuite. À la mi-août, j'ai reçu le courriel d'une fille que je connaissais relativement peu qui me demandait d'écrire une chronique dans son journal. J'ai refusé en lui disant que j'avais pas les couilles. Elle m'a relancée avec beaucoup d'humour en me disant que je les trouverais. Et ping. Et pong. Et ping encore. On s'est échangé des messages jusqu'à ce que je comprenne que c'était plus simple de lui écrire une chronique de 500 mots que de réussir à lui dire non. Cette fille-là ne m'a pas donné un espace dans son journal une fois par mois; elle m'a donné un coup de pied là où il fallait pour me sortir de ma zone de confort, pour m'ouvrir à du neuf et pour dompter mes doutes. J'ai trouvé ça rough, pas mal plus qu'elle pense d'ailleurs. J'ai failli lui dire une bonne douzaine de fois que c'était la dernière. Et maintenant qu'elle m'annonce que c'est fini, je suis obligée d'avouer, en lui donnant raison, que j'étais sur le bord de commencer à aimer ça...

En 2016, je vous souhaite de croiser des gens qui vous taperont dans le dos et qui vous botteront les fesses. Y a pas meilleurs moyens d'avancer.

Josée Beaudoin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer