Faire mouche

Mouche.... (Photo Hani Ferland)

Agrandir

Mouche.

Photo Hani Ferland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hani Ferland

Vous vous souvenez de mon épisode d'une tristesse infinie où j'ai dû faire euthanasier mon empereur félin Mao après l'avoir retrouvé paralysé? Eh bien l'épisode s'est reproduit : six mois plus tard, je devais refaire le même pattern avec sa soeur, ma toute délicate Lili-Princesse-Pouce.

On a fait ce que doit, comme la devise du Devoir, ce qui impliquait de traverser la ville en pleine nuit, avec les yeux p'tits, le coeur en cavale et les shakes nerveux pour se rendre chez un vet d'urgence. Un vet qui injecterait du fatal à mon minou pour l'arrêter de souffrir. C'est allé très vite. Son museau dans mon cou. Ma face dans son poil. On est restées collées de même longtemps. Elle était partie depuis un boute quand j'ai relevé ma tête de sa toison inondée du mouillé de mon coeur cassé.

Ainsi donc le dernier chat de mon cheptel oriental, Bruno-Maximum, s'est retrouvé tout seul de sa gang. À chialer des journées de temps. À dormir toutes les nuits dans mes bras, en dessous des couvertures. Je sais pas qui réconfortait l'autre. Mais je sais que ça dormait mal en cibole.

Bruno me faisait pas mal de peine dans son état de solitaire dépressif. Fait que j'ai recommencé à magasiner des éleveurs, pour l'équiper d'un chum de chat neuf. Mais je me suis rendue compte que ce marché-là était sur un solide déclin. Y en a pu de ça, des pusher d'orientaux dans le coin.

Embêtée, j'ai viré mon capot de bord et j'ai cherché du côté des éleveurs de Rex Cornish.

Rex Cornish : Ti-chat frisé ras avec des oreilles qui pognent le câble. Lévrier version félin. Pattes de lapin conçues pour sprinter. Vient avec un pas pire kit de vocalises pis des moustaches qui se touchent comme des nouilles de riz pas cuites.

J'en ai trouvé un. Un éleveur pis un chat. Mais comme mon chaton était pas encore sevré, on a dû attendre qu'il prenne de la maturité avant d'aller l'aimer. Toutes les semaines, on recevait des portraits du p'tit en train de pousser dans sa chatterie. On lâchait des hoooooon! pantois chaque fois qu'on recevait sa face.

Pis un matin, le calendrier rempli de X dessinés par Loulou nous indiquait que le chat était mûr pour être cueilli. On a pogné l'autoroute. Le coeur prêt à se remplir. « C'est mon plus tannant », que m'a dit l'éleveuse avant de me remettre la bête et de prendre l'entièreté de mes économies.

On l'a baptisé Mouche.

Mouche a deux modes : turbo et ultra turbo.

Il est comme Dieu aussi : ubiquiste. Où est Mouche? MOUCHE EST PARTOUT. Se pitchant bord en bord de la maisonnée à une vitesse supersonique.

Il se tire en bas du lit comme un kamikaze. Il s'assomme dans les cadres de portes.Il escalade les bibliothèques.

Déboule les marches. S'en sacre ben raide. RECOMMENCE.

Il se promène en crabe au moindre bruit, marchant de côté, le dos arrondi. Il sacre tout à terre.

IL TENTE DE MANGER LES PATTES D'UNE CHAISE EN FER FORGÉ.

Il s'agrippe après n'importe quoi : les sofas, la nappe, nos jambes nues. On a tous l'air d'une gang de lépreux icitte. Avec nos grafignes de p'tit chat partout.

Il est téméraire, fougueux, pas STOPABLE.

Il chiale souvent de sa p'tite voix de chaton et on a toujours l'impression qu'il est à l'article de la mort. On est sur un qui-vive perpétuel.

Il passe en trombe sur nos claviers d'ordinateur pendant qu'on travaille.

Il réveille les p'tits la nuit. Il embête absolument tout le monde. Il est insupportable.

Mais il est tellement cute qu'on lui pardonne toute. TOUTE.

Maintenant, quand je regarde Mouche mordiller les oreilles de Bruno-Maximum, je me demande si j'ai réussi à faire émerger ce dernier de sa dépression ou si je l'ai juste poussé plus creux dedans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer