Chronique de l'Esss : Josée, caissière au Tigre Géant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hani Ferland

Je suis dans la lignée de la caisse 1 au Tigre Géant. Celle qui gère les retours, les cigarettes, le téléphone, la loterie pis sûrement les enfants perdus. Au début, j'avais pensé me mettre dans le rang de la 4, mais c'était avant de voir qu'une madame très endimanchée attendait en ligne avec une montagne de cossins dans son panier.

Faut dire que j'avais pas grand-chose à payer. Principalement un paquet de spag pis un pot de sauce pour aller avec. En temps normal, je serais allée à l'épicerie, mais le Tigre était sur mon chemin. Dans mon char, pendant que ma tête se disait : « Hani, faudrait que t'ailles chercher de quoi souper sinon tes enfants vont mourir de faim. Y leur reste presque plus de bonbons d'Halloween en plus pour se nourrir au cas. » ben c'est là que j'me suis rappelée que le Tigre pouvait permettre aux habitants de l'Esss de s'alimenter.

J'ai eu une épiphanie qu'on allait manger du spag.

J'aime vraiment aller au Tigre. Principalement parce que le logo, c't'un tigre jaune qui rit. Juste ça me fait beaucoup plaisir. Parce que des animaux heureux, c'est la base de tout. En plus l'autre jour, j'y ai entendu du Joy Division. Ça m'avait assez énervée que j'en avais fait un statut Facebook.

En attendant en ligne pour payer mon souper, je regardais valser Josée, caissière à la 1 c'te journée-là.

Je sais pas si c'était une valse qu'elle faisait en fait. Parce qu'une valse, ça reste ben juste des 1-2-3, 1-2-3 en tournoyant. Josée faisait plus de quoi de compliqué genre de la danse irlandaise. Ça allait vite, on voyait pas ses efforts parce qu'elle y allait ben gracieusement, pis elle arrêtait jamais de sourire.

En l'espace de 5 minutes, elle a :

-Scanner les items d'une madame pis l'a fait payer. Elle lui a souhaité chaleureusement de passer une belle journée.

- Effectuer le remboursement d'une paire de pantoufles avec en prime, des jokes de connivence avec le monsieur qui retournait les susmentionnées pantoufles. Le monsieur est reparti super heureux, tu croirais pas à ça.

- Passer les billets de loterie d'une madame. Lui dire bravo pour un billet gratuit qu'elle venait de gagner. Lui demander si elle voulait l'extra pis patati patata machin qu'on demande quand on se sert d'un terminal de loterie.

Mon tour arrivait quand le téléphone a sonné. Sans arrêter de scanner mes articles et de les mettre dans un sac, elle informait une cliente au bout du fil des heures d'ouverture du magasin. Entretemps est déboulée une madame - qui a pas pantoute attendu son tour, se foutant pas pire que Josée soit au téléphone - qui vint réclamer sa canne oubliée plus tôt. Josée, sans quitter la dame au téléphone ni cesser de me faire payer (parce qu'on était rendu là) a étiré le bras pour prendre l'objet et le remettre à la madame pas patiente.

Un menuet, cibole.

Elle a raccroché comme la dame quittait sans dire merci. « On a pris bien soin de votre canne, madame! Bonne journée! » qu'a crié Josée pleine de compassion. Mais la madame était déjà rendue loin. Pis ben franchement, elle avait l'air de s'en foutre en astifi.

Ben moi Josée, je veux te dire que je m'en fous pas.

Josée, si toutes les caissières du monde étaient efficaces comme toi; si elles souriaient autant que je t'ai vu sourire à ton monde; si elles prenaient le temps de faire des blaguettes avec la clientèle comme je t'ai vu en faire, ben le monde il serait beaucoup plus awesome.

J'espère que tu sais que tu es essentielle. Pas juste pour le tigre crampé, non, mais pour la société au complet. Le civisme, la politesse, la gentillesse, un sourire : c'est pas tout le monde qui catche que ça se fait. Toi, en plus d'user de toute ça, tu danses vraiment bien.

Merci Josée du Tigre Géant. Tu fais une maudite bonne job.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer