Avancer en marge

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Hani Ferland

« C'est vraiment rushant de vous parler et de vous regarder dans les yeux.»

- Pourtant t'as l'air de t'en tirer pas pire. »

C'est ce que me répondit en souriant l'elfe Mèlagwën, alias Maryse Marquis, au Salon du livre de l'Estrie quand j'ai avoué plus trop savoir oussé regarder pour me sentir bien.

Faut dire que les yeux des Elfes de la vapeur ont un petit quelque chose de malaisant. David Boucher, alias Dâefaël, les a presque blancs. Maryse les a rouges. On vient qu'on sait pu trop où regarder, comme transpercer par leurs billes oculaires.

Bon, je sais pas pour vous, mais moi, ils m'impressionnent eux. Parce qu'un bon matin, Maryse et David se sont levés pis ils se sont dit : « Heille. Fuck toute. On devient des elfes » et considérant que c'était un plan parfait, ben ils ont fait ce qu'ils avaient envie de faire. Soit devenir des elfes.

Je trouve ça awesome.

Y en a pas tant des gens qui, par une lubie passagère, décident de vraiment devenir ce qu'ils veulent devenir. Si moi, mettons, je décide que demain matin, j'ai envie de devenir capitaine de crevettier, ben je sais que je le ferai pas. Je vais me trouver mille raisons pour pas vivre à fond mon rêve d'être Bubba s'il était pas mort à la guerre dans Forrest Gump. Parce que j'ai jamais navigué. Parce que ça chamboulerait ben que trop ma vie pis celle de ma p'tite famille. Pis parce que ça coûte sûrement quelques billets. Pis ben, quessé que le monde va penser. Voyons donc, Ferland, capitaine de crevettier, t'es capotée en estiche.

Eux autres, ils se sont dit WHY NOT en caps.

« Maryse sait pas ce que ça veut dire NON. Elle fonce partout », que me dit David, ne lâchant pas la main de sa douce, sourire de mélasse et regard tendre tournés vers son elfe à lui.

Je le crois.

Quand la province au complet en a fait sa tête de Turc après leur passage à La vie en Estrie - c'est vrai que c'est risible quand même des elfes. Hahahaha. Check les donc. Hahahaha - eux se sont pas dit que la blague avait assez duré. Eux se sont pas dit non plus : ayoye. Le monde rit de nous autres. Retournons à nos jobs normatives et tuons le projet.

Non, eux autres se sont dit qu'ils allaient continuer. Parce que ça les passionne. Et ben franchement, c'est un peu difficile de rire de quelqu'un qui bûche fort à vivre de son rêve. De fil en aiguille, ils sont devenus des entrepreneurs aguerris pour qui le terreau fertile du fantastique offre une vaste contrée à occuper.

Dans le kiosque, des thés et des tisanes elfiques, des parfums, des cartes, des jeux, des livres, des disques. Un trade-mark qui prend du coffre depuis 2011.

On fait tout nous-mêmes que m'apprend Maryse, très d'aplomb. Elle me parle business et oublie quelques instants qu'elle est dans la peau de Mèlagwën pour m'expliquer les réalités du marché. Jaser édition avec une elfe, ça met du beau dans une journée.

-Vos costumes doivent être lourds hein?

-Oui, c'est très lourd. Touche, c'est du gros cuir.

Et me v'là en train de taponner, fascinée, la maroquinerie travaillée de Madame.

-En vivez-vous de votre euh...art? Je sais pas trop comment qualifier ça. Parce que c'est une business, un mélange de plein d'affaires.

-Qu'est-ce que t'en penses? que me dit la fille aux oreilles pointues, sous-entendant que ben oui, on en vit. C'est malade, hein? T'en reviens pas hein?

Non j'en reviens pas. Parce que je trouve ça beau en crime. Qu'une lubie devienne lucrative. Que dans un monde où il faut suivre la ligne ben drette pour pas se faire garnoter des moqueries par la tête, deux personnes aient fait fi de tout pour faire ce qui leur plaît.

Au yable les conventions, on devient des elfes.

C'est un beau pied de nez à la société je trouve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer