J'me peux plus de Jean-Simon DesRochers

Jean-Simon DesRochers...

Agrandir

Jean-Simon DesRochers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Claude Masse

Jean-Simon DesRochers est un jeune auteur québécois prolifique. Depuis quelques années, il construit à un rythme foudroyant son oeuvre, publiant à la fois des nouvelles, de la poésie, des essais et des romans.

C'est avec ce dernier genre que je l'ai découvert, lorsque je fus avalée en 2009 par La canicule des pauvres, un pavé de près de 700 pages dont on ne ressort intact. La journaliste à La Presse Chantal Guy, qui avait interviewé l'écrivain lors de la sortie de son livre, titrait en guise d'avertissement son entrevue ainsi : « Attention : Jean-Simon DesRochers, génie au travail ». Si d'ordinaire je me méfie des superlatifs, force est d'avouer que celui-ci était utilisé de manière opportune.

La canicule des pauvres met en scène, durant les dix jours d'un épisode caniculaire sans précédent, une galerie de personnages habitant dans un immeuble à logements glauque. Zach le revendeur de drogue, Kaviak le pornographe, Sarah la tueuse à gages et une vingtaine d'autres personnages construisent la mythologie de ce livre choral écrit un peu à la manière de Balzac, pour son réalisme, et de Sade, pour son hyperréalisme jamais gratuit et sans concession. Comme le roman est divisé en courts chapitres où les narrateurs se multiplient, la pluralité des voix et des points de vue confèrent un rythme haletant et une intrigue qui se dessine lentement, mais de manière hyper efficace.

Si toutefois les livres « pésants » vous rebutent, je vous conseille plutôt de lire Le sablier des solitudes (seulement 358 pages!) qui, à la manière du précédent, adopte une structure constellée mais dévoilant cette fois-ci treize personnages victimes d'un même carambolage. L'écriture est précise et la force de l'intrigue n'a rien à envier à celle de Russell Banks dans De beaux lendemains.

Parmi les rares écrivains qui réussissent à maîtriser avec brio à la fois les stratégies narratives et formelles tout en sachant livrer un univers fictionnel qui habite longtemps le lecteur, Jean-Simon DesRochers publiera entre autres prochainement un roman (deux tomes de 600 pages!), et verra sur grand écran un scénario qu'il a écrit à quatre mains avec le cinéaste Guy Édoin (Marécages) dans le film Ville-Marie, qui mettra notamment en scène Pascale Bussières et Monica Bellucci.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer