J'me peux plus de The Sheepdogs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Noémie Verhoef

Ça fait quelques fois que j'ai la chance d'écrire sur des artistes de tous les horizons grâce à cet espace de chronique culturelle. À chaque fois, je trépignais de tout mon être et je me cassais la tête pour choisir du mieux que je pouvais ce que j'allais présenter. Comme si ce que j'écoute, c'est nécessairement awesome, et que tout le monde devrait donc découvrir ça. Me rendant compte du pédant de la chose, cette semaine, j'adopte une autre approche.

Cette semaine, j'ai demandé conseil. Je voulais, moi itou, réduire un tant soit peu mes lacunes en matière de culture musicale. Lacunes qui m'ont sauté dans la face assez cavalièrement quand j'ai réalisé que le « nouveau » groupe canadien que je viens de découvrir a gagné non pas un, pas deux, mais trois Prix Juno en 2012. Et pas n'importe lesquels. Meilleur groupe rock n' roll, Meilleur nouveau groupe et Chanson de l'année.

Terminons le volet biographique de The Sheepdogs en mentionnant le tour de force incroyable réalisé en 2011, alors qu'il devenait le premier groupe autoproduit à faire la page couverture du Ô combien respecté magazine Rolling Stone en gagnant l'appui de plus d'un million et demi de votes du public. Ironiquement, cet exploit les mènera tout droit vers la signature d'un prolifique contrat avec Atlantic Records.

Qu'est-ce qu'on entend quand on les écoute? Du nouveau vieux. De la nostalgie au goût du jour. Du vrai bon rock qui ne passe pas par quatre chemins pour opérer. Visiblement inspirés de groupes comme les Rolling Stones et The Black Keys, on peut parfois leur reprocher un son qui sort peu des sentiers battus, mais on ne peut nier que ce qu'ils le font, ils le font de main de maître. Ça groove, ça rock, ça te fait vibrer les années 70 en masse - ou ça te donne l'impression de les avoir vécues un peu, à défaut.

Leur cinquième et dernier album date déjà de 2012, une situation qui peut facilement être expliquée par le fait que le groupe connaît un succès grandissant qui le pousse à multiplier les dates de spectacle et les tournées internationales. Si vous avez envie de les découvrir, je vous conseille chaleureusement les albums Learn and burn (2011) et The sheepdogs (2012). Rockez and rollez en toute allégresse!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer