Coeur de Loup (Durand)

Le roman Daddy de Loup Durand a été... (IMAGE INTERNET)

Agrandir

Le roman Daddy de Loup Durand a été adapté en téléfilm en 2003 par Giacomo Battiato, avec dans le rôle de Thomas le jeune Thomas Sangster.

IMAGE INTERNET

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a 11 ans et se prénomme Thomas. Son intelligence est vive et sa mémoire, phénoménale. Un surdoué comme on en voit peu. Tellement que, dans sa famille, il a été désigné comme le porteur d'un message secret; il est la «clé» pour ouvrir les comptes en banque de juifs qui ont fui l'Allemagne nazie. En clair, il vaut 724 millions de deutschmarks. Nous sommes en 1942 et Thomas vit caché dans le sud de la France, protégé par des gardes du corps, isolé de tout et de tous. Mais pas pour longtemps. La Gestapo est sur la piste et recherche activement le petit garçon...

Loup Durand... - image 1.0

Agrandir

Loup Durand

Cette histoire, c'est celle de Daddy (1987) de Loup Durand, un roman à succès qui fut adapté autant à la télé qu'en bande dessinée. L'auteur, que plusieurs soupçonnaient d'être le nègre de Paul-Loup Sulitzer, nous plonge dans une haletante chasse à l'homme où s'affrontent deux remarquables cerveaux; celui de Thomas et celui de Gregor Laëmmle, qui mène la traque pour le compte des nazis.

Ce dernier est un intellectuel de haut niveau et un pédéraste raffiné qui abhorre les SS et leurs manières de brutes. Laëmmle se prend d'affection pour le jeune garçon, malgré le fait qu'il est en charge de l'arrêter et de lui faire avouer son secret.

Les deux génies vont s'affronter comme dans une complexe partie d'échecs, anticipant les mouvements de l'autre, réfléchissant trois coups à l'avance avant de se commettre. La lutte sera féroce et spectaculaire, à la hauteur des intellects des deux antagonistes. Le récit se tient sur fond d'occupation allemande en France et de guerre mondiale qui s'achève dans la débâcle pour les troupes nazies.

Daddy fait partie de la catégorie de bouquins qu'on ne peut laisser tomber, ceux dont on se dit je-vais-lire-encore-deux-pages-juste-deux, avant de se rendre compte qu'il est minuit et qu'on a bouffé six chapitres. L'écriture est habile et l'intrigue nous tient vraiment en haleine jusqu'au bout. Le plaisir pervers qu'éprouve Gregor Laëmmle à affronter le jeune Thomas est absolument jouissif pour le lecteur, principalement lorsqu'on constate que le petit a l'envergure d'affronter son terrifiant chasseur. Une proie peut aussi avoir des crocs bien acérés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer