Sous la surface des choses

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les grands drames sont souvent faits de petits drames à échelle humaine. On peut parler de la guerre et de ses ravages de façon générale, mais ces mots prennent tout leur sens lorsqu'on arrive à mettre un visage sur une victime, lorsque la misère et la douleur prennent forme concrètement dans la vie de Paulina, Hans ou Klara.

La Seconde Guerre mondiale, avec ses horreurs multiples, inspire encore de nos jours les créateurs. Et nul besoin de faire dans la fiction; le cauchemar du réel a encore beaucoup de choses à raconter. Dans Sous la ville (2011), la réalisatrice Agnieszka Holland met en scène la véritable histoire de Léopold Socha, un employé municipal de Lvov en Pologne, qui a aidé des Juifs à se cacher dans les égouts de la ville lorsque les Allemands ont occupé leur territoire.

D'abord profiteur (il accepte de garder le silence, mais seulement en échange d'argent et de bijoux), Léopold en vient à éprouver petit à petit de la sympathie pour ces gens qui sont en mode survie et qui sont terrorisés. Les conditions de vie sont bien entendu exécrables; des rats courent partout, les odeurs sont abominables et l'obscurité, accablante. N'empêche. Les Juifs endurent tout pour arriver à s'en sortir, même une promiscuité étouffante avec les leurs. Le courage et la résilience dont ils font preuve arrachent des larmes.

Sous la ville, en nomination aux Oscars en 2012, est un film dur et noir. L'absence d'empathie chez certains êtres humains nous frappe comme une masse. Heureusement, l'évolution de la pensée du personnage principal donne de l'espoir et apporte un peu de lumière dans cette terrible histoire vraie. Léopold Socha sauvera d'une mort certaine plusieurs Juifs grâce à son initiative. Certains d'entre eux seront restés dans les égouts pendant quatorze mois avant de revoir la lumière du jour, lorsque la guerre prendra fin. Triste ironie, Socha mourra peu de temps après la fin des hostilités, renversé par un camion russe. Aux funérailles de cet homme que l'État d'Israël a reconnu comme un Juste parmi les nations, certains murmureront, perfides, qu'il a été puni par Dieu pour avoir osé aider des Juifs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer