Tu es le soleil de ma vie

Abigail Breslin...

Agrandir

Abigail Breslin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Il est venu ce doux temps du mois de juin où nous assistons avec fierté et plaisir aux spectacles de fin d'année scolaire de nos jeunes. Bien qu'on ne parle pas ici de l'univers académique, le propos du film de cette semaine cadre malgré tout très bien avec cette réalité.

Le savoureux long-métrage Little Miss Sunshine (2006), encensé plus souvent qu'à son tour par la critique, évoque la fougue de la jeunesse et la volonté de se distinguer en se donnant en spectacle.

La petite Olive, une fillette de sept ans, rêve de participer au concours de beauté Little Miss, compétition juvénile comme il s'en fait tant aux États-Unis. Même si c'est à l'autre bout de la Californie, même si la famille vit mille et une difficultés (dépression, faillite, tentative de suicide), tous décident de s'unir afin d'aider la petite à réaliser son rêve.

Père et mère s'embarquent donc avec leur fils, le grand-père et l'oncle pour une épopée qui n'aura rien d'un fleuve tranquille. Chacun sera confronté à ses propres doutes, ses propres échecs, ses propres peurs. Et la situation se compliquera drôlement quand l'un des membres de l'équipée décédera subitement en chemin.

Malgré les embûches, la famille atteindra son but et la petite pourra monter sur scène afin de présenter son numéro. Mais ce monde du spectacle pour enfant façon concours de beauté prépubère, en est un coriace, sans merci, d'où Olive ne peut sortir qu'humiliée. Et rien ne s'arrange pour le mieux lorsqu'elle se lance dans une chorégraphie trop sexy, imaginée par son grand-père iconoclaste...

Le dénouement saura rétablir l'ordre des priorités dans la vie de la famille et scellera avec force leur union pour bien des années.

Même si le propos semble lourd, Little Miss Sunshine est un film excessivement drôle, porté par des acteurs doués et un scénario fort bien tourné. Steve Carell, en homosexuel dépressif et neurasthénique, fait preuve d'une étonnante retenue dans son jeu, et démontre ainsi toute l'étendue de son talent. Le film a récolté deux Oscars, un César et une multitude d'autres prix dans des festivals partout sur la planète.

Cette oeuvre touchante et amusante vous rappellera que l'important quand les enfants montent sur scène, c'est le simple plaisir qu'ils éprouvent à être là. Pas la récompense, le trophée ou le prestige. Et aussi de savoir que leurs parents les observent, même s'ils font des fausses notes ou oublient leur texte en chemin...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer