Le magazine qu'on riait

Michel Viau et Jean-Dominic Leduc ont publié en... (Archives, La Presse)

Agrandir

Michel Viau et Jean-Dominic Leduc ont publié en 2013 un ouvrage de reference sur le magazine Croc.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il fut un temps où on n'avouait pas d'emblée qu'on venait de Drummondville. On se gardait une petite gêne, on évitait de répondre à la question, on omettait volontairement de confirmer qu'on était originaire de cette ville en bordure de la 20. Non pas qu'on n'était pas fier, mais disons que le Québec avait fait de la municipalité sa tête de Turc, un peu comme on parle des Newfies dans les jokes de mononcle ou des Belges dans les blagues outre-mer. Le grand responsable de cette tendance dans la province : le magazine Croc, le « magazine qu'on rit ». Ou qu'on riait, plutôt, puisque la publication a cessé en 1995.

Jean-Dominic Leduc et Michel Viau ont publié en 2013 chez Québec Amérique le remarquable album Les années Croc, une histoire fascinante du magazine qui avait puisé ses inspirations chez Hara-Kiri, Charlie Hebdo et Mad. Le volume de 400 pages en papier glacé évoque les débuts et l'évolution de Croc, en nous rappelant combien de grands noms sont passés par cette école fantastique. Michel Garneau, alias Garnotte (maintenant au Devoir), fut l'un des précurseurs du magazine. Le chanteur Michel Rivard, sous le pseudonyme de F. Lafève, a signé de nombreuses chroniques pour Croc, tout comme l'ex-Cynique Serge Grenier. Le ton de la publication n'avait rien de complaisant. Ses créateurs étaient audacieux, créatifs, irrévérencieux. On imagine bien l'impact qu'a eu le magazine sur un petit milieu comme le Québec. Au fil des pages, on revit des pans de notre histoire politique, culturelle et sociale, dans l'oeil critique rempli d'ironie d'une équipe qui n'avait aucun tabou. Absolument délicieux.

Et pourquoi Drummondville comme souffre-douleur? Simplement parce que la ville est entre Québec et Montréal... et que plusieurs membres de la rédaction y étaient tombés en panne! Les blagues sur la capitale du Centre-du-Québec avaient tellement mis la ville sur la mappe que l'équipe de Croc avait reçu un appel du maire de Granby qui souhaitait savoir combien ça coûterait pour qu'ils se mettent à rire d'eux! Et pour la petite histoire, la relation « je t'aime moi non plus » entre le magazine et la ville des Trois Accords a culminé en un événement bien spécial; l'équipe de Croc a été invitée à Drummondville en 1981 pour un match de balle-molle contre les conseillers municipaux de la place. Les scribouilleurs n'ont pas fait le poids contre les politiciens, à la grande joie des spectateurs, et la journée s'est terminée par une séance de signature du livre d'or de la municipalité. Le tout arrosé d'une savoureuse cuvée de Baby Duck... Ça ne s'invente pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer