Le père de tous les monstres

Max Schreck dans le rôle du comte Orlok...

Agrandir

Max Schreck dans le rôle du comte Orlok dans Nosferatu le vampire en 1922.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Il s'agit de l'ancêtre de Freddy, Chucky et autres Vendredi 13. Les films d'horreur ne seraient pas ce qu'ils sont aujourd'hui s'il n'avait pas pavé la voie, s'il n'avait pas ouvert le chemin dès les années 20. Avec audace, brio et talent, l'Allemand Friedrich Wilhelm Murnau fut l'un des premiers à explorer l'horreur en matière cinématographique. Le résultat, un classique du septième art, est Nosferatu le vampire (1922). Il s'agit d'une oeuvre remarquable que l'on peut encore visionner de nos jours grâce à des gens qui ont refusé d'obéir à la loi...

L'histoire entourant la sortie du film est aussi passionnante que le récit sur pellicule. Nosferatu était clairement et librement inspiré du classique Dracula de Bram Stoker. Or, le réalisateur Murnau ne possédait pas les droits d'adaptation lorsqu'il a tourné son oeuvre. C'est pourquoi on parle du comte Orlok, et non pas du comte Dracula, dans le film. Malgré cela, la veuve de Stoker, choquée, intenta un procès aux producteurs. Le jugement lui fut favorable et les tribunaux ordonnèrent la destruction de toutes les copies existantes et de tous les négatifs du long métrage! Heureusement, quelques copies furent préservées en secret par des amateurs. À la mort de Florence Stoker en 1937, le film réapparut en Allemagne, aux États-Unis et en Angleterre. Le chef-d'oeuvre était sauvé.

Bien entendu, vous sourirez plus que vous ne serez terrifiés en visionnant Nosferatu aujourd'hui. Le jeu des acteurs, exagéré, amplifié à l'extrême, n'est pas toujours convaincant. Malgré cela, pour peu qu'on se laisse aller, l'atmosphère lourde et morbide de l'aventure de Thomas Hutter parvient à s'insinuer en nous. On finit par ressentir de la peur pour ce jeune homme qui va à la rencontre du comte Orlok, un vampire terrifiant et triste, incarné de façon magistrale par le grand acteur Max Schreck.

La musique lancinante et obsédante, qui ajoute à l'atmosphère glauque de ce film magnifique, finit de nous convaincre du sérieux du drame qui se joue devant nous. Tourné il y a presque cent ans, Nosferatu est un classique qui a inspiré de nombreux cinéastes et créateurs. Lorsqu'on voit des villageois apeurés hurler « il ne faut jamais dire Nosferatu à voix haute, jamais! », on comprend où sont les racines de Voldemort et des autres méchants de notre imaginaire collectif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer