2 secondes par jour

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En matière de films pour enfants, une seule écoute suffit parfois. Le film est bon, divertissant et vous fait passer un bon moment. Vous n'en demandez pas plus. Dans d'autres cas, vous devez admettre que le plaisir croît avec l'usage. Quand fiston réclame un quatorzième visionnement consécutif, vous ne levez pas les yeux vers le ciel ni ne poussez de soupirs d'exaspération. Vous êtes emballé, excité comme la première fois et n'attendez pas une nanoseconde de plus avant d'appuyer sur play. Les créations de Nick Park ont cet effet-là sur les parents.

Avant de faire dans les productions à grand déploiement, Nick Park a d'abord bossé sur de petits films d'animation mettant en vedette son chien muet mais brillant (Gromit), et son humain inventeur maniaque de fromage (Wallace). Ses courts-métrages Un mauvais pantalon (1993), Rasé de près (1995) et son classique Le mystère du lapin-garou (2005) ont tous trois remporté un Oscar. La critique, en plus de saluer l'humour et l'intelligence fine de ses créations, n'a pas manqué de souligner les prouesses techniques du réalisateur. En effet, Park est un spécialiste de l'animation en pâte à modeler; toutes les scènes sont tournées image par image, en stop motion, et nécessitent un travail colossal. À la fin d'une journée en studio, on arrive avec cette méthode à tourner deux petites secondes de film... Mais le résultat est stupéfiant.

La première fois que le grand public a pu admirer le génie de Nick Park au cinéma, ce fut à l'occasion de la sortie de Chicken Run (Poulets en fuite, 2000). Dans ce film, des poules, prisonnières d'une ferme qui fait penser à un camp de prisonniers, planifient leur évasion pour éviter de finir en pâté. L'arrivée d'un coq vantard qui prétend tout connaître du monde extérieur les motivera à trouver une solution avant que la mort ne survienne. Ce film est une pure merveille. Drôle, bien réalisé, esthétiquement impressionnant. Et pour les parents cinéphiles, les références à The Great Escape (1963) avec Steve McQueen font sourire pendant les 84 minutes que dure cette révolte de poulailler.

Nick Park récidivera cinq années plus tard avec le non moins spectaculaire Wallace et Gromit: Le mystère du lapin-garou (2005), un film d'horreur végétarien pour toute la famille. Lorsque les productions agricoles d'un petit village sont mises à sac par une bête velue et mystérieuse, Wallace et Gromit enquêtent afin de capturer cette créature qui sème la terreur dans les champs et vallées. L'inventivité et la fantaisie de Park se démarquent à nouveau dans cette production qui fut récompensée par l'Oscar du meilleur film d'animation. Vous ne vous ennuierez pas une minute si vous insérez ce DVD dans le lecteur familial. Et ce, même si vous en êtes au quatorzième visionnement...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer