La folie du hockey

En collectionnant les cartes et objets en lien... (IMACOM, MAXIME PICARD)

Agrandir

En collectionnant les cartes et objets en lien avec le hockey, le Sherbrookois Serge Denis s'est en quelque sorte donné le droit de revivre quelques bribes de sa jeunesse.

IMACOM, MAXIME PICARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des placards convertis en coffres-forts. Des boîtes, des valises et des rayons gorgés de trésors méthodiquement rangés, identifiés, annotés. Des salons et des garages aménagés en musées personnels. Les collectionneurs ne sont pas fous, mais ils sont certes passionnés...

Du hockey, le Sherbrookois Serge Denis en mange. Entre ses masques de gardien de but, chandails de joueurs, rondelles, livres et photos, ses milliers de cartes O-Pee-Chee, Upper Deck, Pro Set ou Score sont soigneusement rangées dans des petites boîtes rectangulaires.

Il parle de sa collection comme s'il avait une maladie mentale. « C'est un peu comme des troubles envahissant [...]. Ça envahit une partie de ma chambre à coucher, une partie du salon aussi. On n'est pas dans le rationnel », plaisante-t-il.

Mais Serge Denis est loin d'être cinglé. Bon, il est peut-être un peu intense, mais on se surprend à partager sa petite folie. On pourrait passer des heures dans la pièce qui lui sert de salle de montre.

Son « Saint Graal », c'est la carte recrue de Bobby Orr. En la contemplant de plus près, on constate qu'elle a perdu de la valeur. « Il y a un pas fin qui est allé écrire ''4'', puis il est allé mettre du ''scotch tape'' en arrière. Mais moi, ça ne m'empêche pas de dormir. »

La valeur monétaire des cartes n'est vraiment pas sa motivation. Quand on lui demande combien vaut telle ou telle carte, ça l'embête un peu. « Je ne suis pas un collectionneur de cartes de grande valeur. » C'est l'art qui l'intéresse.

Frank Prazak est de loin son photographe de hockey préféré. Sur l'une des photos grand format que Serge Denis collectionne, on voit deux joueurs se battre pour la rondelle sur la glace du Forum de Montréal. « Regarde le fond noir, on dirait un tableau de Vermeer. Elle me bouleverse, cette photo-là. »

Certains diront qu'il va un peu loin en comparant une photo de hockey à Vermeer. Mais quand on la contemple à travers ses yeux, on acquiesce. On est bouleversé.

Dès l'école primaire

L'amour de Serge Denis envers les cartes de hockey a débuté dès l'école primaire. « Pendant le cours, à tout bout de champ, je levais mon panneau de pupitre et je regardais une carte. La prof a fini par voir ça et elle m'a confisqué mes cartes. C'était effrayant comme moment! »

Il se départit de sa collection pendant ses études collégiales. Il y a quelques années, alors qu'il en achète en cadeau au fils de sa conjointe, c'est la « dérape, comme quelqu'un qui tombe dans la drogue ». Il redevient accroc.

Serge sort un duo-tang bleu sur lequel est écrit 1972-1973. « Je vais te montrer la première série que j'ai collectionnée. » C'est un trésor. Tony Esposito, Darryl Sittler, Garry Unger et Wayne Cashman sont quelques-unes des pièces d'or.

« Ce sont les cartes qui étaient après les boîtes de soupes Lipton. À l'époque, j'allais avec ma mère faire son épicerie. Ils faisaient un îlot de boîtes de soupe. Je défaisais tout l'îlot pour aller chercher LA carte. »

L'apogée de sa passion, c'est son projet de livre sur Frank Prazak. En attendant sa publication, il garde une grosse valise pleine des photos du photographe de hockey qu'il considère comme « le meilleur de l'époque ». Lui-même a de la difficulté à expliquer son admiration envers Prazak.

« C'est une bizarrerie, ça, Frank Prazak. J'aimais ses photos quand j'étais jeune et puis j'avais un plaisir fou. »

Non, Serge Denis n'est pas fou. Sans trop se demander pourquoi, il s'est simplement donné le droit de revivre quelques bribes de sa jeunesse. Et il nous entraîne avec lui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer