HISTOIRES DE CAFÉS

Marie-Claude Bibeau et le quick aux fraises

La nouvelle ministre et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude... (La Nouvelle, Pierre McCann)

Agrandir

La nouvelle ministre et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau.

La Nouvelle, Pierre McCann

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lundi, Piere McCann a invité la députée de Compton-Stanstead Marie-Claude Bibeau à prendre un café à la Brûlerie de Lennoxville. Pas question de parler d'un futur poste de ministre, mais il y avait bien d'autres sujets à aborder.

La nouvelle députée libérale de Compton-Stanstead fait la grimace en prenant une gorgée de son latté de la Brûlerie de Lennoxville. Pourtant, le mien est excellent. Elle n'aime pas le café. « Je bois du quick aux fraises le matin », me confie Marie-Claude Bibeau. Dans l'image que je m'étais fait d'elle, il n'y avait pas de boisson sucrée rose.

Bachelière en économique, diplômée en gestion de l'environnement, ancienne employée de l'ACDI et de Cité des Rivières, directrice sortante du Musée de la nature et des sciences... En accord ou pas avec ses idées et celles de Justin, personne ne peut dire de cette mère de famille qu'elle a été une candidate poteau. Pourtant, j'ai souvent eu l'impression pendant la (longue) campagne électorale qu'on l'a réduite à son « rôle » de conjointe du maire de Sherbrooke.

« Quand on a commencé l'investiture, on a parlé que de ça. Quand j'ai été élue, on a fait deux jours d'entrevues que là-dessus. Il me semble qu'on a fait le tour de la question. Mais c'était correct d'en parler un peu. »

En lisant mes commentaires sur le quick aux fraises, elle doit se dire que je ne suis pas mieux.La vague libérale

La dernière élection d'un député libéral dans Compton-Stanstead remontait à celle de l'ancien ministre David Price en 2000. « Énormément de gens m'ont dit qu'ils ont voté pour le Parti libéral pour la première fois. C'est fascinant, c'est vraiment un phénomène! » me raconte Mme Bibeau.

À la suite de cette vague rouge, les attentes sont élevées. Marie-Claude Bibeau doit apprendre le métier de députée du gouvernement. Des gens la voient déjà au cabinet Trudeau. Ces défis sont loin de l'effrayer.

« Me faire peur? Non. En même temps, j'ai un peu l'impression de m'être assise dans une montagne russe, d'être attachée et que la ride est sur le point de partir. Mais j'aime les montagnes russes. »

L'aéroport de Compton-Stanstead

Les médias se tournent souvent vers le député de Sherbrooke pour discuter du dossier de l'aéroport. Pourtant, cette infrastructure est dans Compton-Stanstead.

« Je pense que ça va beaucoup avec la position du député, croit Marie-Claude Bibeau. L'aéroport de Sherbrooke est dans le comté de Compton-Stanstead et je vais prendre le leadership. Je suis au gouvernement. Si les journalistes veulent continuer à interroger Pierre-Luc Dusseault sur le dossier de l'aéroport, ils le feront. »

Pourquoi est-ce que le dossier bloque encore et encore? « C'était Stephen Harper et non Pierre-Luc Dusseault ou Jean Rousseau. Ils ont fait ce qu'ils pouvaient, mais tu ne peux rien faire avec un premier ministre comme celui qu'on avait, et encore moins quand tu es à l'opposition. »

L'aéroport, l'agriculture, les frontières : la nouvelle députée a bien étudié ses dossiers locaux. La situation de la communauté anglophone la touche particulièrement.

« Quand on arrive dans des plus petites communautés près de la frontière, les jeunes et les aînés ne sont pas nécessairement bilingues. Il y a une certaine crainte de ne pas recevoir les services en anglais quand ils viennent à l'hôpital, par exemple. Il y a beaucoup de décrochage scolaire, de difficultés d'intégration à l'emploi. »

Bref, beaucoup de travail attend Marie-Claude Bibeau. Je ne sais pas si le quick aux fraises donne autant d'énergie que le café...

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer