L'entraide comme mode de vie

Gaston Michaud... (ARCHIVES LA NOUVELLE)

Agrandir

Gaston Michaud

ARCHIVES LA NOUVELLE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Philippe Ouellette

Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait propose un certain adage. Et bien, il s'adonne que plus souvent qu'autrement, la vieillesse sait, peut... et fait! Cette semaine dans La Nouvelle, portraits d'aînés dans l'action.

Passer le temps, je ne connais pas ça. Il est trop court pour qu'on le gaspille. »

Gaston Michaud ne s'en cache pas : à 80 ans, il est toujours dans la course. Actif dans sa communauté depuis plusieurs décennies, il est un exemple de détermination et d'implication.

« Être le plus vieux d'une famille de quinze enfants fait en sorte que l'on regarde autour de soi avant de bouger et que l'on s'assure que tout le monde collabore à sa façon, pour vivre heureux ensemble », explique monsieur Michaud.

Investi dans plusieurs projets coopératifs et communautaires, le Racinois est convaincu que les êtres humains veulent naturellement aider les autres et vont s'impliquer d'eux-mêmes lorsqu'ils voient qu'il y a quelque chose à faire.

« Je pense que l'entraide est universelle, à condition que les objectifs soient réalistes. Nous sommes capables de faire en sorte que tout le monde s'entraide. »

La fierté de travailler et d'avoir du plaisir ensemble motive Gaston Michaud à mobiliser les gens autour de lui. Les projets les plus fous peuvent ainsi se réaliser grâce à l'enthousiasme et à la passion des gens qui y contribuent.

« J'aime bien la phrase de Cocteau : " Nous ne savions pas que c'était impossible... alors nous l'avons fait! " Par exemple, le marché [Locavore de Racine], c'était vraiment impossible. Mais pourtant, nous l'avons eu, et presque facilement, parce que l'effort a disparu sous la coordination, le plaisir de fêter et la satisfaction de réussir. »

Pour l'octogénaire, la clé de la réussite est d'intégrer les autres à la communauté plutôt que de seulement les aider. « Le mot bénévole, je l'ai banni de mon discours il y a 40 ans pour utiliser le terme entraidant. Ce sont des gens aux capacités diverses et qui se joignent en fonction d'un objectif. »

« On ne corrige pas une injustice par la charité, mais par la justice. Mon travail dans la vie a été de revaloriser les gens et leur permettre de s'exprimer à leur pleine valeur et d'être des citoyens à part entière. L'idée n'est pas de donner un poisson, mais plutôt d'inviter la personne à pêcher avec nous », continue-t-il.

En plus de ses différents accomplissements dans la région de Ra-cine, Gaston Michaud transmet sa sagesse aux quatre coins du Québec, dans le cadre de conférences inspirées de son livre La lumière de la terre.

Un esprit de partage teinte aussi cet autre défi que s'est lancé l'inarrêtable Estrien. « J'ai beaucoup évolué beaucoup depuis que mon livre a été publié il y a deux ans. Les gens font des liens et posent des questions qui éveillent des réflexions nouvelles. Je trouve ça extraordinaire ce que les gens me sortent à partir de leur expérience et leur vécu. »

Dans les prochaines années, il souhaite se retirer graduellement des trois coopératives de Racine dont il est le président, tout en s'assurant qu'il y ait une relève pour les faire prospérer. N'allez toutefois pas croire qu'il ne restera pas impliqué : il possède encore une énergie hors du commun!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer