Un mauvais cocktail a causé le décès de Maude Lallier

Maude-Hélianna Lallier lors d'une entrevue dans la grande... (ARCHIVES LA NOUVELLE)

Agrandir

Maude-Hélianna Lallier lors d'une entrevue dans la grande roue accordée à La Nouvelle.

ARCHIVES LA NOUVELLE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un mélange d'alcool et de morphine allié à un état de grande fatigue, un certain degré d'hypothermie et possiblement une asphyxie positionnelle qui auraient provoqué le décès en mars dernier de la Sherbrookoise Maude-Hélianna Lallier en mars dernier.

L'hypothèse du suicide ou d'un décès en lien avec le cancer a complètement été écartée par l'enquête du coroner dont les résultats viennent d'être dévoilés.

Connue pour son engagement auprès de la Fondation du CHUS au cours de son long combat contre le cancer, Maude Lallier est décédée le 15 mars 2015 vers 3 h 30 dans un appartement de Montréal.

Le 14 mars 2015, après une journée épuisante de cours, Maude se rend dans un resto-bar avec des amies vers 19 h. Elle quitte l'endroit vers 23 h et prend l'autobus, mais elle descend à 2,8 km d'où elle habite temporairement à Montréal. Vers 23 h 45 elle appelle son conjoint à Sherbrooke, mais la conversation est confuse. C'est alors qu'il alerte le Service de police de la ville de Montréal. Les policiers retrouvent Maude Lallier chez elle vers 3 h. Après lui avoir parlé, ils quittent vers 3 h 07. Elle est décédée une vingtaine de minutes plus tard.

Le corps de Maude Lallier a été découvert le 15 mars vers 19 h par sa belle-soeur. Les techniciens ambulanciers paramédics sont arrivés sur les lieux à 19 h 16 et ont constaté le décès sur place. L'autopsie a été pratiquée le 17 mars 2015 à l'Hôpital Notre-Dame de Montréal. Ni l'examen externe ni l'examen interne n'ont décelé d'anomalie ou de lésion contributive au décès. Maude était en rémission d'un lymphome, un cancer des ganglions. L'autopsie n'a montré aucune récidive de son cancer. Souffrant d'un zona ophtalmique (nerf trijumeau), elle prenait de la morphine depuis janvier 2015, une ordonnance non renouvelable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer