Les irréductibles librairies indépendantes

Katherine Fafard, directrice générale de l'Association des libraires... (PHOTO ZPHOTO)

Agrandir

Katherine Fafard, directrice générale de l'Association des libraires du Québec.

PHOTO ZPHOTO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Claude Masse

23 avril, Journée internationale du livre et du droit d'auteur. Pour La Nouvelle, c'est une occasion de plus de jaser bouquin, écriture, édition et lecture. On se lance.

Alors que de plus en plus de gens choisissent l'achat en ligne - le géant Amazon offrira bientôt la livraison par drone! - et que les grandes surfaces vendent des livres à prix presque indécents, quelques irréductibles se tiennent debout et proposent une expérience d'achat tout à fait différente, à des lieues du côté clinquant et racoleur de ces multinationales : les librairies indépendantes. Katherine Fafard, directrice générale de l'Association des libraires du Québec, explique leurs principales réalités.

Quelques précisions d'ordre pratique : une librairie indépendante ne doit faire partie ni d'une chaîne ni d'un groupe commercial et elle doit compter généralement pas plus de cinq points de vente. En théorie, son mandat s'articule autour de trois grands axes : la proximité, la diversité et le service.

« Les librairies indépendantes sont de véritables lieux de promotion de la lecture. Leurs libraires, des gens passionnés et qui sont là pour le plaisir, ne sont pas des vendeurs, mais des conseillers avisés », explique Katherine Fafard.

Si plusieurs cherchent les rabais à tout prix et les trouvent au sein des grandes surfaces, il faut savoir que ces entrepôts mal éclairés ne proposent que des best-sellers et des nouveautés. « Seulement 200 titres sur les 350 000 nouveautés disponibles chaque année sont vendus dans les grandes surfaces, qui adoptent le risque nul en offrant ce qui est certain de se vendre », tranche la directrice.

Les librairies indépendantes, loin de bouder les best-sellers, vendent quant à elles toutes les nouveautés, mais aussi les « livres de fonds ». « Ce sont en fait des livres qui sont parus depuis au moins 18 mois.

Par ailleurs, les librairies indépendantes réalisent des commandes spéciales », précise Mme Fafard. Vous êtes à la recherche d'une édition rare de votre auteur préféré? D'un livre publié par une petite maison d'édition obscure ou d'un recueil de poésie dont le tirage s'élève à 200 copies? Un libraire indépendant vous le commandera.

Enfin, les excellents conseillers que sont les libraires indépendants offrent un service à la clientèle hors pair et personnalisé. « Les libraires sont des entremetteurs qui proposent le rendez-vous parfait entre un lecteur et un livre », illustre avec enthousiasme la directrice de l'Association des libraires du Québec.

Depuis la mort dans l'oeuf du projet du prix unique du livre, qui aurait pu donner un sacré coup de main aux librairies indépendantes, ces dernières font preuve plus que jamais de créativité pour attirer les visiteurs. « La librairie indépendante doit être un acteur de la vie communautaire. C'est pourquoi plusieurs d'elles proposent des causeries, des débats, des activités littéraires de toutes sortes qui attirent les gens du quartier. La librairie indépendante est un lieu fédérateur. »

Si malgré toute l'expérience unique qu'offre une librairie indépendante vous préférez le cybercommerce, sachez qu'un portail transactionnel regroupant 95 librairies indépendantes a été créé pour satisfaire vos envies. Lors de votre achat, vous pourrez décider d'offrir la vente à la librairie de votre choix. Créatives, les librairies indépendantes?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer