Sherbrooke, ville de cinéma

On avait déroulé le tapis rouge à La... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

On avait déroulé le tapis rouge à La Maison du cinéma, mercredi, pour la première soirée du Festival cinéma du monde de Sherbrooke. L'événement bat son plein jusqu'au 12 avril.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Philippe Cadieux

Jusqu'à dimanche, pour une deuxième année consécutive, la ville reine des Cantons-de-l'Est célèbre le septième art dans le cadre du Festival cinéma du monde de Sherbrooke (FCMS). Les mordus de cinéma débarqueront par centaines dans les différents lieux de diffusion à travers la ville, afin de visionner des joyaux cinématographiques parmi les quelques dizaines de courts et longs métrages à l'affiche.

«Des films que vous allez aimer» : c'est avec ce slogan empreint d'une confiance inébranlable que les organisateurs du FCMS proposent ce deuxième chapitre du 8 au 12 avril.

Au total, le FCMS réunira 51 longs métrages de fiction, 17 longs métrages documentaires, 30 courts métrages, ainsi qu'une dizaine d'événements. De plus, les cinéphiles pourront rencontrer certains réalisateurs et une douzaine de personnalités provenant du milieu du cinéma.

Le monde en images

Lorsque Malika Bajjaje, cofondatrice et directrice générale du FCMS, a participé à la mise en oeuvre de cet événement culturel, elle avait un seul objectif en tête : permettre le rayonnement du monde à travers les images. Aujourd'hui, avec une programmation imposante représentant une trentaine de pays des quatre coins du globe, elle peut dire mission accomplie.

Toutefois, avant de crier victoire, Mme Bajjaje attend de connaître la réaction du public. «L'année dernière, plus de 3700 personnes ont assisté aux différentes projections. Cette année, avec les lieux de diffusion que nous avons ajoutés, nous espérons attirer plus de 5000 amateurs de cinéma», annonce-t-elle.

Évidemment, la directrice générale du FCMS aimerait que cette fête du cinéma prenne racine à Sherbrooke. «L'année dernière, la population a immédiatement adopté ce festival. Cette année, nous désirons concrétiser nos efforts avec de nouveaux partenariats et une hausse de l'achalandage afin de confirmer la présence de cet événement à Sherbrooke pour plusieurs années.»

Une programmation diversifiée

D'ailleurs, pour parvenir à leurs fins, les organisateurs proposent une programmation diversifiée et accessible. Les films présentés permettront aux spectateurs de réfléchir et de se questionner sur des enjeux sociétaux tout en étant divertissants.

En première nord-américaine, c'est le film français La famille Bélier, d'Éric Lartigau, qui a lancé le Festival à la Maison du cinéma, mercredi. Selon Mme Bajjaje, ce long métrage est à l'image du reste de la programmation. «Toutes les oeuvres que nous avons choisies sont des coups de coeur. On avait le désir d'offrir au public ce qui se fait de mieux dans le cinéma international tout en restant accessible.»

Les Sherbrookois pourront également vivre une soirée de cinéma en plein air. Vendredi, le classique Jour de fête de Jacques Tati sera présenté gratuitement sur la rue Wellington Nord. Les cinéphiles n'auront qu'à apporter leur chaise et apprécier le spectacle. «C'est une façon de démocratiser le cinéma et d'atteindre une clientèle plus large. On réserve une petite surprise aux gens présents à cette projection», promet Mme Bajjaje.

Même si les films demeurent au coeur de l'événement, les organisateurs du FCMS invitent les participants à plusieurs activités connexes. «Il y aura des échanges, des débats, des soirées thématiques et des classes de maître. Ces activités viendront bonifier l'expérience des amateurs de cinéma et permettront d'ajouter une dimension humaine importante», résume la cofondatrice.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer