Le feu de Simone Leblanc

C'est l'enseignante Simone Leblanc du Couvent de Coaticook... (ARCHIVES LA NOUVELLE)

Agrandir

C'est l'enseignante Simone Leblanc du Couvent de Coaticook qui a été l'une des bougies d'allumage de la conseillère municipale Annie Godbout.

ARCHIVES LA NOUVELLE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

On rend cette semaine hommage dans La Nouvelle à des profs qui ont marqué le parcours de certains, voire de plusieurs de leurs élèves au fil du temps. Pas mal de belles histoires en perspective...

L'une des bougies d'allumage de l'éducation sociale d'Annie Godbout a un nom : il s'agit de Simone Leblanc, une enseignante de français du Couvent de Coaticook.

À l'époque, la conseillère municipale à Sherbrooke est pensionnaire. Comme les autres élèves, elle suit en quatrième secondaire le cours de Simone Leblanc. Mais ce qui a rendu sa rencontre avec l'enseignante significative va bien au-delà de l'enseignement.

« Elle était surtout responsable de la vie étudiante. Tu voyais qu'elle aimait beaucoup les jeunes. C'était important pour elle l'épanouissement des étudiantes de l'école. Tu voyais que ça lui tenait à coeur Elle nous a initiées à beaucoup de belles choses; théâtre, cinéma, plein air », raconte-t-elle avec enthousiasme.

Comme elle a fait partie de son conseil étudiant, Annie Godbout garde un net souvenir du dynamisme de son enseignante, de son côté rassembleur. « Ça m'a inspirée. C'est peut-être une des bougies d'allumage de mon éducation sociale », note-t-elle.

Et avec le recul, elle en est venue à la conclusion que Simone Leblanc était aussi un exemple pour ses élèves. À l'époque, le Couvent de Coaticook (aujourd'hui le Collège Rivier) reçoit exclusivement des filles. Et l'enseignante de français envoie un message fort à ses élèves, celui que les femmes aussi doivent prendre leur place dans la société.

« Un signe de ça, c'est qu'à l'époque les femmes avaient le nom de famille de leur mari. Mais Simone elle a toujours gardé son nom de jeune fille. Tu voyais que l'émancipation de la femme c'était important pour elle et ce sont des valeurs qu'elle nous a bien inculquées », souligne-t-elle.

Annie Godbout est convaincue que Simone Leblanc a joué un rôle tout aussi significatif pour beaucoup d'autres jeunes filles. « Son dynamisme nous motivait toutes », assure-t-elle. Même si Simone Leblanc se démarquait par son implication auprès des élèves, elle produisait le même effet durant ses cours.

« Ses classes étaient aussi très animées, très modernes. Elle était très ouverte sur le monde, elle nous faisait découvrir plein de choses. Ça j'ai beaucoup apprécié ça », affirme la conseillère municipale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer