Leadership La Nouvelle: la culture à l'honneur

Les deux lauréats des Prix Leadership La Nouvelle... (IMACOM, JOCELYN RIENDEAU)

Agrandir

Les deux lauréats des Prix Leadership La Nouvelle ont reçu un portrait encadré d'eux-mêmes, sous les applaudissements de leurs invités.

IMACOM, JOCELYN RIENDEAU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nora T. Lamontagne

La Nouvelle soulignait cette semaine l'implication d'un homme et d'une femme particulièrement importants pour le milieu culturel de l'Estrie : Sylvie L. Bergeron, présidente du Conseil de la culture de l'Estrie et David Goudreault, slammeur, poète et amoureux des mots.

David Goudreault a tout particulièrement remercié sa fan... (IMACOM, JOCELYN RIENDEAU) - image 1.0

Agrandir

David Goudreault a tout particulièrement remercié sa fan numéro un et grand-mère paternelle Gisèle Goudreault, qui collectionne d'ailleurs tout ce qui s'écrit sur son petit-fils adoré.

IMACOM, JOCELYN RIENDEAU

Sylvie L. Bergeron est peut-être plus connue que... (IMACOM, JOCELYN RIENDEAU) - image 1.1

Agrandir

Sylvie L. Bergeron est peut-être plus connue que le Conseil de la culture de l'Estrie qu'elle préside, mais l'organisme ne fourmille pas moins d'une équipe dynamique venue saluer la récipiendaire. Entourant Sylvie L. Bergeron, dans l'ordre, Patricia Paquette, agente de secrétariat et d'information, Hélène Blais, agente de développement, Michèle Lavoie, membre du conseil d'administration, Marie-Eve Cardin, agente de communication et Marianne Mondon, agente de développement, responsable de la formation continue.

IMACOM, JOCELYN RIENDEAU

Qu'ont en commun ces deux lauréats? Des heures et des heures d'implication, des projets à ne plus les compter, et un amour inconditionnel pour la culture sous toutes ses formes. C'est ce que La Nouvelle a voulu souligner avec l'édition 2014 de son Prix Leadership.

Maurice Cloutier, rédacteur en chef de La Tribune et La Nouvelle, remarquait l'apport généreux des lauréats envers leur communauté. « Nous sommes heureux de leur en redonner un petit peu aujourd'hui. »

Le don de l'ubiquité

Sylvie L. Bergeron était présente à la cérémonie pour recevoir son prix. Mais, comme le soulignait Sonia Bolduc, rédactrice en chef adjointe à La Nouvelle, Sylvie L. Bergeron est partout, tout le temps : « Tu vas à un lancement, elle est là. Dans un bar sombre pour le show d'un groupe obscur, elle est encore là. Tu vois poindre une manif ou les balbutiements d'une soirée-bénéfice, elle est là, quelque part. »

Celle qui aurait pu être une artiste a plutôt choisi de les soutenir de toutes les façons possibles. Des artistes « de tous les horizons, de toutes les disciplines », qu'elle encourage à titre de présidente du Conseil de la culture de la région, mais à bien d'autres occasions également.

Visiblement émue, Mme Bergeron a accepté son prix en rappelant la passion à l'origine de son engagement. Elle a également profité de la tribune qui lui était offerte pour décrier la fermeture des lieux de concertation de la culture en Estrie, ainsi que la baisse de l'investissement dans les arts chiffré à 50 % depuis quelques années.

« À quoi bon un musée s'il n'y a pas d'artistes pour donner formes et couleurs aux créations de l'esprit et de l'imaginaire? » a-t-elle demandé.

Un porte-voix

Combinant l'artistique et le communautaire dans de nombreux projets, David Goudreault a lui aussi reçu un Prix Leadership des mains de Sonia Bolduc. Elle a évoqué son talent pour traduire les réalités les plus difficiles. « Il arrive à poser sur le monde les yeux et les mots les plus durs, les yeux et les mots les plus doux. David Goudreault voit le monde comme il est, mais fait tout ce qu'il peut pour l'amener à être aussi bon et beau qu'il devrait l'être. »

Le slammeur n'était pas à la recherche de ses mots quand est venu le temps de remercier tous les acteurs qui ont pu l'encourager au cours des années : La Nouvelle, à qui il doit sa première Une, sa grand-mère Gisèle, fan numéro 1 et fidèle administratrice de sa revue de presse, la Ville de Sherbrooke, « dans tout ce qu'elle a de plus humaine », ses parents, qui l'ont maintenu à l'école « de gré ou de force », ou encore Charles Fournier, du Tremplin, qui l'a vu monter sur les planches les toutes premières fois.

Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke, a clos la remise en signifiant sa fierté de voir rayonner Sherbrooke à travers les arts, et tous ceux qui les soutiennent. Les deux lauréats ont ensuite reçu un portrait encadré d'eux-mêmes, tiré par un photographe de La Nouvelle sous les applaudissements de leurs invités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer