ÉDITION FULL STAFF (COMPLÈTEMENT PERSONNEL)

Une seule question. Plusieurs réponses.

Ceci n'est pas un hommage à Charlie Hebdo. Cette première édition... (Illustration La Nouvelle, Nora T. Lamontagne)

Agrandir

Illustration La Nouvelle, Nora T. Lamontagne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nora T. Lamontagne

Ceci n'est pas un hommage à Charlie Hebdo. Cette première édition Full staff (Complètement personnel) publiée cette semaine à grands coups de textes et de dessins avait été pensée et lancée avant les horreurs de la dernière semaine. Donc, rien à voir! Alors ce Full Staff?! Une envie de sortir de notre zone de confort, mais surtout de vous proposer autre chose que la perte de poids et le gain de muscle pour la prochaine année. Et un désir de rapprochement, aussi. Parce qu'on a envie d'être avec vous.

Question à moi-même : qu'est-ce qui, dans ce monde, mériterait plus d'attention? Voici un concentré de mes réponses.

Trois lectures en 2015

Le Sel de la terre, de Samuel Archibald. Loin de la parabole de l'Évangile, ce tout petit ouvrage entend peindre le portrait d'une classe moyenne qui ne sait plus à quel saint se vouer. Enjoué et fin observateur, Samuel Archibald s'amuse à décrire un phénomène plein de contradictions dans un style trop peu souvent adopté par les essayistes francophones.

Agneau noir et faucon gris, de Rebecca West. Rebecca West est une journaliste britannique qui voyage dans les Balkans dans les années 30. Avec Agneau noir et faucon gris, elle publie à la fois une autobiographie, un conte, un atlas, un traité d'histoire et un roman d'une grande poésie. À mon avis la meilleure manière de comprendre ce qui a précédé la Yougoslavie (en 900 pages).

La femme mystifiée, de Betty Friedan. Comment une analyse sociologique écrite il y a plus de 50 ans peut-elle se retrouver dans une liste de recommandations en 2015? En se penchant sur le rôle des femmes dans la société, à l'extérieur du logis dont elles sont les maîtresses. Betty Friedan parvient à mettre le doigt sur ce qui cloche, encore aujourd'hui, et il devient impossible de l'ignorer par la suite.

Une habitude

Faire des listes. Je ne suis même pas certaine que faire des listes soit une bonne habitude! Ce dont je suis certaine, par exemple, c'est qu'elles m'aident à m'endormir le soir, qu'elles pallient ma mémoire de poisson rouge alzheimer et que je serais incapable de m'en passer au quotidien (cet article en est la preuve). Idées : des listes de livres à lire, de gens intéressants, de chansons par thème, d'épicerie...

Un endroit

La Petite Boite Noire. La Petite Boîte Noire ne s'ouvre qu'à la tombée du jour, lors d'occasions spéciales. Le passage d'un groupe qui deviendra connu dans cinq ans, le vernissage d'un artiste hors-norme, le lancement d'un disque et d'une cassette et d'un vinyle... Si cette salle de spectacle n'est plus le loft qu'elle était, elle promet tout de même bien des soirées mémorables.

Un pot-pourri

À l'ouest de Pluton, de Henry Bernadet et Myriam Verreault. Mon film préféré de tous les temps (j'exagère à peine) a été tourné dans une banlieue de Québec avec un budget de 10 000 $. Il raconte la journée d'une bande de jeunes du secondaire, dans tout ce qu'elle peut comporter de bands amateurs, de poteux, de partys qui virent mal et de personnages attachants. Et c'est hilarant.

Sita Sings the Blues, de Nina Paley. Sita, c'est la divinité hindoue du Ramayana, et le blues dont on parle, c'est celui chanté par Annette Hanshaw. Mélangez ces deux éléments sans lien apparent, rajoutez des animations vectorielles, un karaoké en plein milieu du film, des dieux indiens qui s'interrompent sans arrêt et vous obtiendrez presque Sita Sings the Blues. Presque. Disponible en ligne gratuitement et légalement.

Mean Love, de Sinkane. D'origine soudanaise, né à Londres et Américain d'adoption, Sinkane ne peut être rattaché à un seul pays, à un seul style ou à un seul son. C'est le mélange de toutes ses influences qui tient du génie. À surveiller également : Nicholas Krgovich, qui fait habituellement ses premières parties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer