ÉDITION FULL STAFF (COMPLÈTEMENT PERSONNEL)

Entre Baldwin Mills et le Vermont

Ceci n'est pas un hommage à Charlie Hebdo. Cette première édition... (Illustration La Nouvelle, Christine Bureau)

Agrandir

Illustration La Nouvelle, Christine Bureau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Christine Bureau

Ceci n'est pas un hommage à Charlie Hebdo. Cette première édition Full staff (Complètement personnel) publiée cette semaine à grands coups de textes et de dessins avait été pensée et lancée avant les horreurs de la dernière semaine. Donc, rien à voir! Alors ce Full Staff?! Une envie de sortir de notre zone de confort, mais surtout de vous proposer autre chose que la perte de poids et le gain de muscle pour la prochaine année. Et un désir de rapprochement, aussi. Parce qu'on a envie d'être avec vous.

Quelques livres

The Shallows: What the Internet is Doing to Our Brains, Nicholas Carr. C'est en lisant ce livre que j'ai compris pourquoi j'avais tant de difficulté, une fois assise devant mon ordinateur, à compléter la liste de choses à faire qui traîne en permanence sur mon bureau. Pourquoi j'ouvre mon portable pour aller payer mes comptes et que je me retrouve une heure plus tard à lire un article sur les élections au Sri Lanka, alors que mes comptes ne sont toujours pas payés... Instructif et effrayant à la fois.

Paradis perdu, Henning Menkel. Je n'avais jamais eu envie de lire Henning Menkel avant qu'on me prête Paradis perdu, l'un de ses romans «non policiers». Je me suis immédiatement attachée à tous les personnages, avec un faible pour le singe Carlos. L'auteur réussit sans difficulté à vous transporter dans l'univers brutal de la colonisation en Afrique. Rapidement, de plus en plus de questions surgissent dans votre tête. Et toujours, vous lisez en pensant que les réponses se trouvent une page plus loin...

Sur la ligne de feu, Jean-François Lépine. Ici, je ne fais pas dans l'originalité. Sur la ligne de feu a été parmi les livres les plus vendus pendant la période de Noël. Mais comme c'est le livre dans lequel je suis plongée depuis le 26 décembre, laissez-moi le plaisir d'annoncer aux amateurs de politique internationale qu'ils ne seront pas déçus. Jean-François Lépine a eu la chance d'être correspondant international dans certains des coins les plus trépidants du globe. On apprend beaucoup, et on l'envie souvent!

Yoga, yoga, yoga

Faites du yoga. Eh oui, le yoga n'est toujours pas passé de mode. La raison est bien simple : il s'agit d'une activité où vous devez être à l'écoute de votre corps. Vous devez suivre vos limites jusqu'à ce que vous puissiez les repousser. Et contrairement à ce qu'on peut penser, pas besoin d'être souple pour pratiquer le yoga - j'en suis d'ailleurs la preuve!

Le lac Lyster

Non, le lac Lyster n'est pas un trésor régional bien caché; si vous y allez en juillet, il risque d'y avoir foule. Mais allez-y plus tôt (ou plus tard) pour profiter pleinement de la beauté de cet endroit. Situé à Baldwin Mills, près de Coaticook, le lac est surplombé du mont Pinacle, une montagne que même le champion des sportifs de salon arrivera à grimper sans trop de difficulté. Au retour, arrêtez-vous chez Woods, à Compton, où on vous sert la meilleure poutine de la région.

Encore de la culture

1. Banff Mountain Film Festival, Centre culturel de l'Université de Sherbrooke, 3 février. Je ne suis pas tout à fait certaine que cette première suggestion entre dans la catégorie «culture», mais je m'en voudrais de ne pas vous inviter à aller voir le Banff Mountain Film Festival. On y présente les histoires d'aventuriers un peu fous, mais toujours touchants. À défaut de trouver votre vie excitante en sortant de cette soirée, vous aurez à tout le moins envie d'aller jouer dehors.

2. Le Centre d'art de Richmond. On tend à oublier cette salle de spectacle pourtant très charmante. Durant les prochains mois seulement, vous pourrez y entendre Alejandra Ribeira ou Michael Grey, voir un spectacle en famille (Les routes ignorées) ou vous laisser raconter des histoires par des conteurs professionnels. Même Le Réfectoire ouvre ses portes aux spectacles acoustiques depuis l'automne. Et c'est sans compter la diversité des expositions de la galerie Courant d'Art.

3. Frendly Gathering. Le Frendly Gathering est un festival de musique organisé par une bande de copains tissée serrée, tous planchistes professionnels. Pourquoi Frendly sans le i? Parce qu'il n'y a pas de i (prononcé I, comme moi en anglais) dans leur conception de l'amitié. Vous me suivez? Bref, Frendly Gathering, c'est un festival de musique sans prétention qui se déroule en juin dans un coin enchanteur du sud du Vermont. En plus, on y sert de la crème glacée Ben & Jerry's toute la fin de semaine... gratuitement. Merci, Vermont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer