Mission impossible

Cette semaine, notre rédactrice en chef nous a demandé de vous suggérer, en... (Illustration La Nouvelle, Marie-Claude Masse)

Agrandir

Illustration La Nouvelle, Marie-Claude Masse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Claude Masse

Cette semaine, notre rédactrice en chef nous a demandé de vous suggérer, en moins de 500 mots, des idées de livres et des coups de coeur culturels, un projet inspirant et un endroit à visiter. Elle nous a aussi imposé, sous le couvert de menaces à peine voilées, de vous faire un dessin. Sonia Bolduc, on va se le dire : il faut que je t'aime beaucoup pour me plier à cet exercice difficile, voire impossible. Ne reculant devant rien, je vous propose donc quelques suggestions qui sauront combler votre existence durant le mois de janvier.

Regardez par la fenêtre, c'est beau tout ce blanc, n'est-ce pas? Sachez que c'est encore plus beau au Marais de la Rivière aux Cerises, à Magog, où vous pouvez emprunter six kilomètres de sentiers sur pilotis et d'autres en forêt, admirer la faune et la flore ou encore visiter le centre d'interprétation, qui présente sa nouvelle exposition De plumes et de bois : oiseaux menacés du Québec (69, chemin Roy, Magog).

Si vous aimez la nature et avez le pouce vert, mais préférez rester dans le confort de votre foyer, je vous recommande de commencer à penser à vos semis et de magasiner vos semences en ligne. Les Jardins de l'Écoumène et la Société des plantes de Kamouraska offrent une belle variété de semences biologiques. De plus, vous y trouverez une extraordinaire sélection de plantes, d'herbes, de légumes et de fruits du patrimoine.

Autre exercice difficile et crève-coeur, vous suggérer (seulement) trois lectures. D'abord, l'oeuvre quasi complète d'Annie Ernaux, rassemblée dans Écrire la vie (Gallimard), un volume de plus de mille pages dans lequel se trouvent les principales publications de l'écrivaine, des photos et des extraits inédits d'un journal intime qu'elle a tenu.

Ensuite, une auteure qui se situe aux antipodes de l'écriture blanche, plate et tout en retenue d'Annie Ernaux. Il s'agit de la bédéiste Julie Doucet, qui crée des univers graphiques et textuels surchargés, crus, immoraux et qui brisent tous les tabous. Ciboire de criss (L'Association) et Fantastic plotte (L'Oie de Cravan) restent pour moi de puissants outils cathartiques.

Pour terminer, si vous préférez les belles plumes et les récits poignants, je vous suggère de lire Le feu de mon père de Michael Delisle (éditions du Boréal), qui raconte les liens douloureux entre l'auteur et son père, un criminel et un homme violent. Ce livre s'ouvre par ailleurs avec un magnifique et terrible incipit, qui nous fait immédiatement plonger dans un monde redoutable.

Finalement, voici trois suggestions culturelles en vrac : L'Oreille tendue, le blogue de Benoît Melançon, professeur au département des littératures de langue française de l'Université de Montréal, qui «porte (surtout) sur la vie de la langue - la française, mais pas seulement - aujourd'hui comme hier»; le site internet de l'ONF, grâce auquel vous pouvez visionner gratuitement des films et des documentaires exceptionnels; Charlie Hebdo, qui sort aujourd'hui son «numéro des survivants», tiré à cinq millions d'exemplaires. Ses artisans éplorés refusent de se taire devant la barbarie humaine. Je suggère de les imiter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer