TEMPS DE RÉFLEXION

Le relatif présent

Partager

Charles Beaudoin

Comme en font foi les calendriers grégoriens et mayas, les horloges solaires, les almanachs et autres outils de datation et de prévision, mesurer le temps et tenter d'en prévoir le cours a toujours constitué une importante préoccupation pour l'Homme (avec un grand H).

Et même s'il s'écoule inlassablement au même rythme pour tout le monde, la vitesse à laquelle il défile est toutefois relative à ce que l'on vit à un moment précis. Il peut se figer dans des circonstances particulières. Il peut s'accélérer lorsque nous sommes débordés. Il peut parfois même disparaître. Pour s'en convaincre, on n'a qu'à penser à la vitesse à laquelle le temps avance lorsque nous sommes en vacances comparativement à lorsque nous sommes au travail.

Hey Joe, pis tes vacance ? - Pas vu le temps passer. Toi au travail? Bof, les journées sont longues.

Le temps, c'est personnel. Ce qui est commun pour tous, c'est qu'on en manque toujours quand on en a besoin. Faut dire que des fois, ça nous arrange.

Dring dring.

- Oui?

Bonjour, je m'appelle Émilie, je vous appelle pour des assurances.

- Pas le temps. Clic.

Mais en général, parce qu'il faut bien travailler, manger des repas équilibrés, être en bonne forme physique, avoir une vie familiale ordonnée et avoir une vie sociale comblée, on a souvent l'impression que le temps vient à manquer.

Au quotidien, cette préoccupation peut être accompagnée d'effets secondaires qui viennent nuire à la santé. Tenez, selon l'Enquête sociale générale sur l'emploi du temps menée par Statistique Canada en 2010, une personne sur huit qui affirme être «très stressée» ou «extrêmement stressée» précise l'être en raison du manque de temps.

Ce qui m'amène à vous dire que le temps, c'est aussi une business.

Il y a toujours quelqu'un prêt à nous vendre un produit visant à nous faire épargner de précieuses minutes. Gagner du temps représente un défi constant et plusieurs des grandes innovations ont contribué à changer notre rapport à ce dernier. Nous pouvons nous rendre au travail rapidement et y bosser de jour, comme de nuit. Pendant notre absence, le crock-pot se charge de la sauce à spag et la laveuse du linge sale. Sur une note plus personnelle, je dirais que la plus importante à souligner est sans nul doute le lave-vaisselle qui permet, par son cycle de deux heures, de gagner 30 minutes pour faire autre chose. Du coup, la maîtrise de l'électricité et l'automobile pour ne nommer que celles-là, ont directement affecté notre notion du temps. J'aurais aimé vous en parler davantage, mais le temps presse et j'ai une échéance à respecter.

Là où je voulais en venir, c'est que c'est bien beau toutes ces minutes gagnées, mais qu'est-ce qu'on en fait au juste ? Parce que les minutes s'égrainent, invariablement. Vous êtes plus âgés ici que vous ne l'étiez au début de cette chronique. Tant et si bien que c'est parfois stressant. Comment savoir si l'on profite réellement du temps que l'on a? Certains pensent qu'il faut vivre chaque instant comme si c'était le dernier. D'autres croient qu'il est préférable de prendre ça tranquille pour l'apprécier. Chacun a sa petite idée là-dessus. Ce que j'ai pu remarquer par contre, après en avoir longuement discuté avec les gens, c'est que l'important est de se donner les moyens d'y prendre plaisir.

Et si on prenait le temps d'y réfléchir?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer