Pierre-Luc Dusseault, député porteur

Le député Pierre-Luc Dusseault... (Archives La Nouvelle)

Agrandir

Le député Pierre-Luc Dusseault

Archives La Nouvelle

Partager

Vous avez peut-être vu ce sketch du Bye Bye 2012, où l'on parodiait ce qui semble être la vision du gouvernement Harper en matière de planification des grossesses en mettant en scène des femmes confiant symboliquement leurs organes de reproduction au gouvernement, «entre bonnes mains». Eh bien c'est précisément ce que s'apprête à faire notre député à la Chambre des communes, Pierre-Luc Dusseault: remettre un bricolage représentant un utérus à la ministre de la condition féminine Rona Ambrose.

On se souviendra que madame Ambrose avait soulevé l'indignation dans les organismes de défense des droits des femmes, l'automne dernier, en votant pour la motion M-312 du député conservateur Stephen Woodworth, visant à définir les droits du foetus. Inquiète qu'on semble vouloir remettre en question, par le fait même, le droit à l'avortement, la coordinatrice du Collectif Libre Choix Johanne Bilodeau a eu l'idée de faire passer son message de manière plutôt originale.

«On a lancé un appel à la population pour avoir des petits mots, des messages simples, suite au vote de madame Ambrose. Venant de la ministre de la condition féminine, cette position n'est pas logique. On fait ça pour la secouer un peu. Ça va avec la campagne d'éducation lancée par la Fédération du Québec pour le planning des naissances. On lui envoyait des lettres, des messages. Là on lui envoie un utérus! Ça peut sembler farfelu, mais ça va avec son vote.»

Près de 400 messages interpellant Rona Ambrose ont donc été réunis et déposés à l'intérieur de cet utérus fabriqué en papier mâché par des bénévoles, à partir d'un condom. La symbolique est importante pour madame Bilodeau. «Le bricolage est fragile, comme l'utérus. On veut qu'elle prenne connaissance des messages sans l'abimer, de la même façon que les femmes confient leur corps à un professionnel de la santé pour ne pas compromettre leur santé sexuelle et reproductive, et ainsi être capable de mener une grossesse à terme le jour où elles le choisiront.»

La motion M-312 ayant finalement été rejetée par le parlement, Pierre-Luc Dusseault ne craint pas, cependant, de rouvrir le débat en remettant cette missive particulière à la ministre. «Si ça rouvre le débat, pour moi ce sera dans le bon sens. On ne veut plus que ces droits soient remis en question, ce sera notre façon de le dire. De toutes façons, mon rôle comme député, c'est de transmettre les préoccupations et les enjeux qui touchent les citoyens de Sherbrooke.»

Une lettre accompagnera l'utérus, et le tout sera remis par le député, idéalement le 28 janvier prochain. Heureuse coïncidence, cette date correspond exactement au 25e anniversaire de la décriminalisation de l'avortement au Canada. «Il n'y a pas juste des femmes qui ont écrit ces messages. Il y a aussi des hommes, des adolescents, des personnes âgées, des homosexuels. Ça touche tout le monde ces préoccupations», conclut Johanne Bilodeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer