Marathon d'écriture pour les droits humains

La comédienne Geneviève Rochette agit à titre de... (Photo La Presse)

Agrandir

La comédienne Geneviève Rochette agit à titre de porte-parole du marathon d'écriture d'Amnistie internationale.

Photo La Presse

Partager

Philippe Cadieux

Le 10 décembre 1948, 58 États membres de l'Organisation des Nations Unis signaient la Déclaration universelle des droits de l'homme. Comme disait l'autre, un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité. Depuis, pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l'homme est célébrée chaque année le 10 décembre. Aujourd'hui, l'organisme Amnistie Internationale qui milite pour les droits humains depuis plus de 50 ans a trouvé un moyen bien original de souligner cette journée avec un marathon d'écriture.

Écrire pour redonner espoir. Voilà l'invitation envoyée par Amnistie Internationale. L'initiative a pour but d'inviter la population à écrire une petite pensée sur une carte qui sera acheminée à des hommes et des femmes, un peu partout à travers le monde, qui sont détenus pour leurs opinions dissidentes. Selon Louise Beaulieu, responsable des communications pour le groupe local d'Amnistie Internationale de Sherbrooke, l'envoi de carte est beaucoup plus qu'un simple geste symbolique, c'est un message d'espoir qui permet de sauver des vies.

«Lorsque les détenus reçoivent les milliers de cartes provenant des quatre coins du globe, c'est un message fort pour les bourreaux. Ils s'aperçoivent que des gens connaissent la vérité et qu'ils souhaitent apporter leur soutien à ces personnes emprisonnées injustement», explique-t-elle.

Plusieurs groupes locaux d'Amnistie Internationale organisent des marathons d'écriture un peu partout au Québec. Les participants pourront également soutenir ce type de projet en déboursant une contribution volontaire sur place. Le groupe local d'Amnistie Internationale de Sherbrooke vous invite à signer l'une de ces cartes à la Biblairie GGC le 1er décembre de 10 h à 16 h et à la COOP d'Alentour le 1er décembre de 11 h à 1 3h et le 8 décembre de 10 h à 14 h.

Le taux d'efficacité de cette initiative est important. Depuis les 11 dernières années, 67 pour cent des dissidents ayant été ciblés par les cartes de l'espoir d'Amnistie Internationale ont été libérés. Toutefois, certains bienfaits de ces cartes sont inquantifiables.

«Suite à plusieurs mois d'emprisonnement, les détenus viennent à se demander s'ils sont oubliés à jamais dans leur prison. Les messages qu'ils reçoivent permettent de faire grandir l'espoir en eux afin d'affronter les difficultés liées à leur détention», affirme Mme Beaulieu.

«Que ce soit pour la mère de Maria Isabel Franco afin qu'elle puisse obtenir justice pour le viol et le meurtre de sa fille au Guatemala ou encore Narges Mohammadi, une militante en faveur des droits humains en Iran condamnée à six ans de prison, elles ont besoin de savoir qu'on se préoccupe de leur sort», ajoute-t-elle.

La comédienne Geneviève Rochette, porte-parole du marathon pour une deuxième année consécutive, ne mâche pas ses mots pour décrier le manque de respect des droits humains dans plusieurs pays.

«Aujourd'hui encore, trop de pays torturent. Trop de pays briment la liberté d'expression. Trop de défenseurs des droits humains sont harcelés ou emprisonnés. Écrivons pour exprimer notre solidarité. Défendre les droits humains, c'est défendre la dignité de tous les humains».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer