L'humain au coeur du détenu

Partager

Sur le même thème

On les met à l'écart de la société parce qu'ils ont bafoué la loi. Ils sont des délinquants. Mais en prison comme en dehors, ils sont aussi un mari, une soeur, un oncle, une mère. Une fois la peine purgée, leur vie doit reprendre son cours. C'est la raison pour laquelle la réinsertion sociale est l'un des principes premiers de la Loi sur le système correctionnel au Québec. À la fois pour protéger la société, mais aussi, pour une question d'humanité.

«Ça fait cinquante ans qu'on travaille avec la philosophie de se dire qu'une personne peut changer et la communauté a un rôle à jouer pour amener les ex-détenus à se réintégrer. Bien souvent, ils sont démunis et n'ont pas choisi d'être des criminels», souligne Patrick Altimas, directeur de l'Association des services de réhabilitation sociale du Québec. Les chiffres semblent d'ailleurs lui donner raison. Pour les libérations conditionnelles de 2010-2011, 5,4% des ex-détenus ont récidivé en commettant un délit sans violence. Seulement 1,1 % ont récidivé avec violence.

«Notre intervention a certainement un effet positif sur le taux de récidive. Je ne suis pas sûr qu'on aurait les mêmes chiffres si on libérait les gens sans les soutenir ensuite.»

En outre, miser sur la réinsertion est plus payant socialement, au sens littéral comme au figuré. «Garder une personne en prison coûte cher. La laisser à l'extérieur tout en la surveillant coûte moins cher et le taux de récidive est bas», fait remarquer M. Altimas. L'incarcération a également un «coût social», soit des conséquences importantes sur la personne détenue et ses proches.

La prison, une solution temporaire

Si l'on neutralise temporairement certaines personnes en les envoyant en prison, 90 % devront en sortir un jour. «C'est une illusion de croire que plus la sentence est sévère, plus le public est protégé. Les recherches démontrent que ce n'est pas la sévérité de la sentence qui empêche la récidive, mais plutôt la certitude d'être pris», commente M. Altimas. Selon lui, les programmes de prévention de la criminalité fonctionnent beaucoup mieux que les méthodes de répression. «Qu'on soit emprisonné ou pas, ce n'est pas ce qui va faire la différence entre récidiver ou pas», indique-t-il tout en soulignant que les cas impossibles à réhabiliter sont rares.

D'ailleurs, Patrick Altimas n'hésite pas à affirmer que beaucoup plus de sentences pourraient se purger dans la collectivité. «Ce n'est pas la majorité qui commettent des délits avec violence qui menacent la sécurité publique. Il y aurait moyen de travailler autrement qu'avec la prison.»

Même si le taux d'incarcération au Canada (115 personnes sur 100 000) est beaucoup moins grand que celui aux États-Unis (700 personnes sur 100 000) il est tout de même deux fois plus élevé que dans certains pays européens où le taux se situe plutôt à 50 ou 60 personnes sur 100 000.

«Au Canada, on est loin de là. Depuis quelques années, nous avons un système de plus en plus répressif. On a la mentalité de copier ce qui se fait aux États-Unis, alors qu'eux-mêmes se remettent en question parce que leur système ne marche pas et coûte une fortune», déplore M. Altimas.

L'importance du contexte

Malgré les faibles taux de récidive obtenus grâce aux efforts de réinsertion sociale, des études démontrent que les gens croient plus en l'efficacité d'infliger des sentences sévères, constate Patrick Altimas. «Tout dépend de comment on pose la question», nuance-t-il toutefois en mentionnant une recherche pour laquelle on a demandé à des gens de se mettre à la place d'un juge pour juger des cas réels. Après avoir eu toute l'information et remis la cause en contexte, leur perception a changé. Les gens ordinaires n'ont pas été plus sévères que le juge et parfois même moins sévères. «Dès qu'on arrête de démoniser les détenus et qu'on les ramène à un statut d'être humain, des nuances peuvent se faire», rappelle M. Altimas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer