Avant d'acheter vos pneus... cherchez le pictogramme!

Partager

Jean-Pierre Quirion

À l'obligation d'utiliser des pneus d'hiver sur son véhicule entre le 15 décembre et le 15 mars de chaque année, le ministère des Transports du Québec ajoutera dans deux ans l'obligation de conformité de vos pneus d'hiver. Une règle dont il vaut mieux tenir compte dès maintenant si vous comptez investir dans de nouveaux pneus.

À compter du 15 décembre 2014, Transport Québec imposera une nouvelle norme sur les pneus d'hiver: ils devront arborer un pictogramme représentant une montagne sur laquelle un flocon de neige est superposé. Transport Québec suggère donc fortement aux automobilistes qui achèteront des pneus d'hiver d'ici là d'opter pour une marque homologuée.

«Le pictogramme prouve que le pneu a été testé dans des conditions hivernales et qu'il est adapté aux conditions climatiques du Québec, explique le porte-parole de Transport Québec, Guillaume Beaurivage. La grande majorité des pneus sur le marché ont déjà le pictogramme. Certains mécaniciens m'ont laissé entendre qu'on le retrouvait sur 95% des pneus au Québec.»

Notons que les manufacturiers savent depuis quelques années déjà que cette nouvelle règlementation entrera en vigueur le 15 décembre 2014. Un automobiliste qui roulerait alors avec des pneus sans le pictogramme de sécurité s'exposera à des constats d'infraction variant entre 200 $ et 300 $.

Selon les informations qu'on retrouve sur le site de Transport Québec, à compter du 15 décembre 2014, les pneus d'hiver devront pour être légaux soit porter le pictogramme ou être munis de crampons .

Une mesure efficace

Les pneus d'hiver sont devenus obligatoires en 2008 seulement. Du 15 décembre au 15 mars, tous les véhicules de promenade immatriculés au Québec, incluant les taxis, les cyclomoteurs et les motocyclettes, doivent être munis de pneus d'hiver. Les véhicules offerts en location aussi.

«Depuis l'entrée en vigueur de la loi, nous avons constaté une diminution générale de 18 % du nombre d'accidents entre le 15 décembre et le 15 mars, affirme Guillaume Beaurivage. Par contre, il est impossible de connaître le nombre exact de constats d'infraction émis par les policiers, car aucun point d'inaptitude n'est ajouté au dossier du conducteur fautif. On ne conserve donc pas ces statistiques.»

Pour justifier cette nouvelle règlementation du pictogramme, Transport Québec joue la carte de la sécurité. «Les pneus quatre saisons commencent à perdre de leur adhérence dès que la température descend sous les 7degrés Celsius et le processus s'accélère rapidement à partir de moins 7 degrés. En comparaison, le caoutchouc des pneus d'hiver perd de son élasticité à partir de moins 40 degrés», conclue Guillaume Beaurivage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer