Cancer chez les jeunes

Les salons de bronzage montrés du doigt

Les salons de bronzage du Québec pourraient recevoir un coup solide à leur... (Archives)

Agrandir

Archives

Olivier Robichaud

(Sherbrooke) Les salons de bronzage du Québec pourraient recevoir un coup solide à leur bassin de clientèle si la division québécoise de la Société canadienne du cancer réalise son objectif. Celle-ci fait circuler une pétition demandant que les salons de bronzage soient interdits aux moins de 18 ans.

C'est que le nombre de cas de cancer de la peau est en hausse chez les jeunes Québécois et la cause principale serait les salons de bronzage, selon Mélanie Champagne, chargée du dossier UV à la Société canadienne du cancer - Division Québec (SCC).

Les jeunes sont d'ailleurs la cible principale des ces salons.

«Le bronzage, c'est comme tout le reste en marketing: plus tu les as jeunes, plus tu as de chances de les avoir toute leur vie, affirme Mme Champagne. Les salons de bronzage mettent des publicités dans les agendas d'école, ils offrent des rabais étudiants, ils font tout pour attirer les ados.»

Selon ses chiffres, 70 % de la clientèle des salons de bronzage est constituée d'adolescentes ou de filles âgées dans la vingtaine.

La SCC espère que sa pétition forcera le gouvernement québécois d'adopter une loi interdisant les salons de bronzage aux adolescents, comme c'est le cas à Victoria, en Nouvelle-Écosse et en France. Le Brésil, quant à lui, interdit complètement le bronzage artificiel.

«On a fait énormément de prévention ces dernières années, mais maintenant on est peut-être rendus ailleurs parce que ça ne marche pas, souligne Mme Champagne. Il faut aller plus loin et changer les lois.»

Cancérigène, sans équivoque

De nombreuses recherches démontrent que le bronzage artificiel est cancérigène. La SCC a vu doubler le nombre de mélanomes - le type de cancer de la peau le plus agressif - diagnostiqués au pays depuis 20 ans. Elle tente de minimiser les dégâts en interdisant le bronzage artificiel dans les salons aux moins de 18 ans.

«Plus on est jeune, plus on a la peau mince et sensible, souligne Mme Champagne. Les rayons de soleil ont beaucoup plus d'impact.»

Dr Régen Drouin, professeur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke, confirme que les salons de bronzage présentent un fort risque pour la santé. D'autant plus qu'ils ne suivent déjà pas les règles.

«En principe, les salons de bronzage n'ont pas le droit d'utiliser les rayons UVB, qui sont les rayons les plus dangereux, explique-t-il. Mais ce sont les UVB qui causent le bronzage, alors la plupart des salons les utilisent encore.»

Selon le Dr Drouin, le bronzage artificiel bombarde la peau avec des doses de rayons UV beaucoup plus concentrées que le bronzage sous soleil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer