Trafic de cocaïne: Roy connaîtra sa sentence à la fin septembre

Daniel Roy... (spectre média : Jessica Garneau)

Agrandir

Daniel Roy

spectre média : Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Daniel Roy de Magog obtient un sursis de quelques semaines avant de faire face à la musique et recevoir sa peine dans son dossier relié au trafic de cocaïne.

Les observations sur la peine ont été reportées, mardi au palais de justice de Sherbrooke, au 27 septembre prochain.

Une suggestion commune devrait alors être présentée au tribunal.

Roy est à la tête d'un réseau de trafiquants démantelé en février dernier à Magog.

Il a plaidé coupable au trafic de cocaïne entre le 1er février 2016 et le 15 février 2017, à la possession dans le but d'en faire le trafic de cocaïne, de résine de cannabis et de cannabis ainsi qu'au recel de plus de 5000 $.

Lors de cette opération policière, la Régie de police Memphrémagog a saisi environ 1,5 kilo de cocaïne, un kilo de haschich et 119 600 $ à douze lieux de perquisition lors de l'opération « King ».

L'individu de 57 ans avait déposé 5000 $ pour garantir le respect de ses conditions de remise en liberté, dont un couvre-feu et l'interdiction de communiquer avec les coaccusés dans cette affaire.

De la surveillance, des balises de localisation et des caméras de sécurité installées par les policiers ont permis d'étayer la preuve contre Roy.

Lors de la perquisition, 36 sachets d'un gramme de cocaïne, du haschich et du cannabis ont été découverts à son domicile de la rue Rexford à Magog.

Daniel Roy a admis avoir confié un kilo de cocaïne à l'un des coaccusés dans cette affaire. La drogue était gardée dans deux coffres-forts appartenant à la tête dirigeante du réseau.

Un autre accusé a admis aux policiers s'approvisionner auprès de Daniel Roy en cocaïne dans un objectif de la revendre.

Daniel Roy est actif depuis quarantaine d'années en matière criminelle.

Ce sont des informations du public qui ont permis de mener l'enquête puis de réaliser les perquisitions à Magog.

L'escouade régionale mixte de l'Estrie et la Sûreté du Québec ont participé à cette frappe policière majeure menée par la Régie de police Memphrémagog.

Il est défendu par Me Jean Leblanc.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer