Camion des Hells: sitôt expulsé, sitôt arrêté

Les Hells Angels avaient un kiosque de vente... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Les Hells Angels avaient un kiosque de vente à l'Exposition agricole et alimentaire de Saint-Hyacinthe.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Aussitôt expulsé de l'Exposition agricole de Saint-Hyacinthe, aussitôt intercepté par la Sûreté du Québec.

Le camion du groupe «Support 81 Montréal» qui servait de kiosque aux Hells Angels à la grande foire de la Montérégie a été sorti de la circulation, mercredi après-midi vers 13h30, sur l'autoroute 55 alors qu'il roulait en direction de Sherbrooke.

«Un camion cube a été remorqué, car il n'avait pas le droit de circuler sur la voie publique», informe Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ en Estrie.

«Le camion circulait alors qu'il devait être remisé», ajoute-t-elle, sans donner plus de détails sur le véhicule en question. «C'est une opération de routine.»

Une erreur

Les Hells Angels ont quitté l'Exposition agricole de Saint-Hyacinthe, a confirmé la direction, mercredi avant-midi. Les gestionnaires de la foire agricole admettent qu'ils ont commis une erreur en permettant à un groupe associé aux Hells Angels de vendre des produits sur le site.

Le directeur général, François Brouillard, affirme que le groupe «Support 81 Montréal» a quitté les lieux à la demande de la direction.

Le chiffre 81 fait référence à la positon des lettres H et A dans l'alphabet.

Le groupe gérait un kiosque qui vendait des vêtements et d'autres marchandises, dont une grande partie portait l'emblème rouge et blanc du club de motards.

M. Brouillard avait d'abord défendu la présence du groupe sur le site en soulignant que rien d'illégal n'était commis.

Il a toutefois déclaré mercredi que la direction avait changé d'avis en constant la réaction du public et lorsqu'elle a réalisé l'étendue des liens qu'entretenaient les vendeurs avec le gang.

François Brouillard a indiqué que la foire reconnaissait avoir commis une erreur et ne voulait pas être associée à un groupe criminel ou violent.  Avec La Presse canadienne




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer