Les biens achetés avec l'argent volé chez Olympique Métal ont été confisqués

Les biens achetés avec l'argent volé chez Olympique... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Les biens achetés avec l'argent volé chez Olympique Métal à Ascot Corner ont été confisqués par le tribunal.

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les biens achetés avec l'argent volé chez Olympique Métal à Ascot Corner ont été confisqués par le tribunal.

Aucun des accusés dans cette affaire ne s'est opposé, mercredi au palais de justice de Sherbrooke, à ce qu'une camionnette, un VTT et des électroménagers achetés avec l'argent du crime soient vendus. L'argent demeurera cependant à la disposition du tribunal tant que tous les accusés n'auront pas réglé leurs dossiers.

Lors de ce vol survenu le 1er juin dernier, un employé d'Olympique Métal sur le chemin Bibeau, Jean-Charles Reeves, aurait été contraint de participer au vol du coffre-fort contenant 70 000 $ au sein de son entreprise.

Les deux auteurs allégués du vol, Tommy Gauthier et Kevin Johnson, qui sont détenus pour la durée des procédures judiciaires ont reporté le dossier au 16 août prochain.

Reeves est accusé d'avoir orchestré le vol majeur commis par Kevin Johnson et Tommy Gauthier. L'autre accusée dans cette affaire, Jessica Larose, qui attendait le duo sur la route 112 à quelques kilomètres du chemin Bibeau où le vol avec une arme prohibée a été commis, reviendra devant le tribunal à la mi-août.

Le quatuor s'était entendu pour que des coups de feu soient tirés « pour que ça ait l'air plus vrai ».

Gauthier et Johnson se sont présentés à l'endroit convenu au moment planifié.

Ils ont enfilé une cagoule de fortune avant d'exiger à l'employé, qu'ils connaissaient vraisemblablement, de leur remettre une somme d'argent. Comme convenu, des coups de feu ont été tirés dans les airs.

Après avoir obtenu le butin, Kevin Johnson et Tommy Gauthier ont pris la fuite vers le lieu de rencontre avec Jessie Larose au bar le Broadway sur la route 112.

Ils ont changé de véhicule puis ont pris la fuite.

L'utilisation d'une arme à feu qui a été déchargée pendant le vol complexifie l'affaire pour les quatre accusés qui risquent une peine minimale de quatre années de prison.

Me Laila Belgharras représente le ministère public dans cette affaire.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer