Benoît-Lessard devra subir un procès

Philippe Benoit-Lessard et son avocate Me Stéphanie Côté.... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Philippe Benoit-Lessard et son avocate Me Stéphanie Côté.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Philippe Benoît-Lessard aura à se défendre des accusations portées contre lui dans le cadre d'un procès.

L'individu a été cité à procès, mercredi au palais de justice de Sherbrooke, par le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec au terme de son enquête préliminaire.

L'avocate de la défense Me Stéphanie Côté a opté pour un procès devant juge seul pour son client qui est accusé d'invasion de domicile et d'attouchements sexuels sur une mineure pour des gestes qui auraient été commis dans la nuit du 5 au 6 novembre 2016 dans l'est de Sherbrooke.

La date du procès sera fixée le 14 septembre prochain.

Une ordonnance de non-publication émise par le tribunal empêche de révéler les faits de la cause entendus lors de l'enquête préliminaire qui a commencé le 3 juillet et qui s'est terminée, mercredi.

Au total, ce sont six témoins policiers et civils un ont été appelés à la barre.

Conditions

Philippe Benoit-Lessard avait été déclaré apte à faire face au processus judiciaire, puis remis en liberté sous de sévères conditions.

Il doit rester chez sa mère et respecter un couvre-feu.

Philippe Benoit-Lessard s'est engagé dans ses conditions à ne pas entrer en contact avec la victime alléguée ni se trouver dans un périmètre à proximité de cette dernière. Il ne peut pas non plus se trouver dans des parcs, écoles ou tout autre endroit où pourraient se trouver des personnes de moins de 16 ans.

L'accusation de contacts sexuels sur une mineure est passible d'une peine minimale d'un an de prison.

Philippe Benoît-Lessard n'en est pas à sa première présence devant le tribunal et même en détention.

En septembre 2013, il a été condamné à douze mois de prison pour des voies de fait graves sur un enfant ainsi que de négligence criminelle causant des lésions corporelles.

Une probation de deux ans lui avait été imposée à la suite de cette condamnation.

C'est Me Joanny Saint-Pierre qui représente le ministère public dans cette affaire.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer