Rôdeur au parc Belvédère: le SPS ouvre une enquête

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) ouvre une enquête à la suite des... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Service de police de Sherbrooke (SPS) ouvre une enquête à la suite des informations fournies par une citoyenne disant avoir assisté à une tentative d'enlèvement d'enfant au parc Belvédère la semaine dernière.

Samuel Ducharme... (Archives La Tribune, Frédéric Côté) - image 1.0

Agrandir

Samuel Ducharme

Archives La Tribune, Frédéric Côté

«Nous prenons les déclarations de la dame au sérieux», confirme Samuel Ducharme, porte-parole du SPS. «Nous ouvrons une enquête.»

«Nos enquêteurs veulent rencontrer des gens qui auraient pu être témoins de quelque chose. Ils veulent rencontrer la dame en question.»

Rappelons qu'une mère de famille fréquentant le parc Belvédère s'est confiée à La Tribune après être intervenue auprès d'un homme qui aurait eu l'intention de quitter les lieux en douce avec un petit garçon.

La Sherbrookoise Vicky Letarte croit avoir déjoué les plans du rôdeur ayant pris la main d'un petit garçon qui jouait dans les jeux d'eau du parc situé dans le secteur Ascot. Le suspect aurait soutenu être le grand-père de l'enfant, jusqu'au moment où sa mère s'est pointée. L'homme a quitté les lieux immédiatement.

Mme Letarte l'a perdu de vue. Toutefois, la mère du jeune garçon devait porter plainte à la police. Du côté du SPS, on n'a pas reçu de plainte à ce sujet.

«Il ne faut pas que les gens hésitent à nous contacter quand ils sont témoins de pareille situation.

«Nous pouvons interroger des registres de délinquants dangereux.»


Souvent, ils pensent que ça ne sert à rien, mais ce n'est pas vrai», ajoute M. Ducharme.

«Nous pouvons interroger des registres de délinquants dangereux et des listes de criminels en libération conditionnelle. Toutes les informations sont prises au sérieux.»

Selon le souvenir de Mme Letarte, l'homme mesure environ 1,89 mètre (six pieds). Les cheveux de son crâne dégarni sont gris. Il portait un short beige et une chemise à manches courtes bleue.

«Les cas d'enlèvement d'enfant sont rares, mais on ne peut pas dire que ça n'arrive jamais. Il ne faut pas s'alarmer, mais il faut rester vigilant. Il peut arriver dans les parcs que l'on soit distrait.»




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer