Olympique métal : la victime alléguée aurait orchestré le vol

Jean-Charles Reeves, un employé qui se faisait passer... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Jean-Charles Reeves, un employé qui se faisait passer pour la victime du braquage commis le 1er juin dernier chez Olympique Métal, à Ascot Corner, se retrouve maintenant coaccusé de cet important vol qui a rapporté 70 000 $ à ses auteurs.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Jean-Charles Reeves qui se faisait passer pour la victime d'un braquage chez Olympique métal à Ascot Corner se retrouve maintenant coaccusé de cet important vol.

Réfléchissant à leur sort au fond de leur cellule du centre de détention de Sherbrooke à la suite de leur arrestation dans cette affaire, Tommy Gauthier et Kevin Johnson ont choisi de passer aux aveux pour ne pas laisser un complice allégué se faire passer pour une innocence victime.

Dans une déclaration faite aux enquêteurs de la Sûreté du Québec, ils auraient choisi « de dire toute la vérité » concernant leur plan criminel qui devait leur rapporter les 70 000 $ contenus dans le coffre-fort de l'entreprise du chemin Bibeau.

Tommy Gauthier, sa conjointe Jessie Larose ainsi que leur ami Kevin Johnson auraient été mis en contact avec Reeves qui travaillait chez Olympique métal.

Ce dernier se serait entendu avec eux au milieu du printemps pour préparer le vol commis le 1er juin dernier.

Ils auraient organisé un plan où Gauthier et Johnson devaient se présenter chez Olympique métal avec une arme à feu qu'ils avaient préalablement volée.

Jessie Larose se serait occupée de trouver un véhicule afin qu'ils puissent prendre la fuite après le vol organisé.

Le quatuor s'était entendu pour que des coups de feu soient tirés « pour que ça ait l'air plus vrai ».

Un message texte

Reeves aurait attendu un moment où le coffre-fort de l'entreprise soit rempli de plusieurs dizaines de milliers $ avant de confirmer le moment du vol avec ses complices allégués.

Quelques minutes avant le vol, Reeves aurait envoyé un message texte au trio dont le libellé était tout simplement « Go ». L'employé aurait attendu un moment où il se trouvait seul dans l'entreprise afin que personne ne soit témoin de l'événement.

Gauthier et Johnson se sont donc présentés à l'endroit convenu au moment planifié.

Ils ont revêtu une cagoule de fortune avant d'exiger à l'employé, qu'ils connaissaient vraisemblablement, de leur remettre une somme d'argent. Comme convenu, des coups de feu ont été tirés dans les airs.

Par ces aveux, les accusations de vol qualifié en déchargeant une arme à feu comportant une peine minimale de cinq ans de détention devraient être amendées. Celle d'avoir déchargé une arme à feu à autorisation restreinte sans se soucier de la sécurité d'autrui demeure. Cette accusation est passible d'une peine minimale de quatre années de prison.

Après avoir obtenu le butin, Kevin Johnson et Tommy Gauthier ont pris la fuite vers le lieu de rencontre avec Jessie Larose au bar le Broadway sur la route 112 situé à quelques kilomètres des lieux du crime.

Ils ont changé de véhicule puis ont pris la fuite.

Le véhicule qui a servi au vol a été retrouvé quelques minutes plus tard par les policiers.

Butin volatilisé

Entre le moment du vol le 1er juin et l'arrestation des suspects une semaine plus tard, les 70 000 $ se sont volatilisés.

La SQ n'a pas encore retrouvé la somme volée.

Le duo qui a choisi de passer aux aveux a mentionné qu'une certaine somme d'argent avait été dépensée notamment par l'achat d'un véhicule F -250, des électroménagers et un véhicule tout-terrain.

Devant le juge Conrad Chapdelaine, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke, les avocats des quatre accusés ont fixé l'enquête sur remise en liberté au 19 juin prochain.

Kevin Johnson, 38 ans de Cowansville, défendu par Me Jocelyn Grenon, Tommy Gauthier, 23 ans de Bonsecours, défendu par Me Jean Leblanc, Jessie Larose, 20 ans, de Bonsecours, défendue par Me Guy Plourde et maintenant Jean-Charles Reeves, 23 ans, de Foster, défendu par Me Alexandre Caissie, sont accusés du vol chez Olympique métal.

Reeves a aussi été accusé de complot pour vol, méfait public, d'avoir braqué une arme à feu de façon négligente ainsi que de fraude envers son employeur.

Johnson et Gauthier sont accusés d'utilisation d'arme à autorisation restreinte de façon négligente, de braquage d'arme à feu, de possession d'arme en vue de commettre une infraction criminelle, de possession d'arme à autorisation restreinte, de port de déguisement, complot en vue de commettre un vol qualifié et possession d'arme à autorisait restreinte chargée. C'est Johnson qui aurait volé l'arme à feu utilisée lors d'un vol à Dunham le 27 mai dernier.

Me Laila Belgharras représente le ministère public dans cette affaire.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer