Goulet maintenant accusé de fraude envers son ex-conjointe

Kevin Goulet... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Kevin Goulet

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Déjà inculpé d'une multitude d'accusations de fraude, le multirécidiviste Kevin Goulet a vu le ministère public lui en ajouter plus d'une vingtaine vendredi.

Si certaines accusations déposées devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec sont semblables à celles auxquels il fait déjà face concernant la location frauduleuse de chalets de luxe, Goulet doit aussi répondre d'une importante fraude de plus de 20 000 $ à l'endroit d'une ex-conjointe.

Cette fraude aurait été faite entre novembre 2016 et janvier 2017.

En plus de la fraude, il est accusé de fabrication de faux documents à l'endroit de cette victime alléguée.

Cette dernière veut d'ailleurs se faire entendre dans le cadre des procédures.

Au total, ce sont 26 nouveaux chefs d'accusation qui ont été déposés dans l'imposant dossier de Kevin Goulet.

Son avocat Me Guy Plourde souhaite prendre connaissance de la nouvelle preuve au dossier, mais il a annoncé au tribunal que son client pourrait régler ses comptes avec la justice lors du retour du dossier le 13 juillet.

Goulet est détenu depuis mars dernier à la suite de son arrestation dans cette affaire de location de prétendus chalets dans les Cantons-de-l'Est.

Ce sont maintenant une cinquantaine de chefs d'accusation qui pèsent contre lui.

Des dossiers concernant une fraude et un vol de 100 $ contre une femme de Saint-Félix-de-Kingsey, une location frauduleuse à une femme de Longueuil ainsi qu'une autre affaire de location frauduleuse d'un chalet à un couple de Drummondville en février 2017 avaient déjà été déposés.

Le juge a refusé de remettre Goulet en liberté au début des procédures à la suite de l'enquête sur remise en liberté.

C'est Me Nathalie Robidoux qui représente le ministère public dans cette affaire.

Des antécédents

En novembre 2012, Goulet avait été condamné à une peine de 22 mois de prison pour falsification de documents et utilisation de faux documents.

Du 31 mai au 18 juillet 2012, il avait trahi la confiance d'une femme dans la vingtaine, allant jusqu'à lui soutirer près de 60 000 $ au cours de cette période.

Beau parleur, Kevin Goulet sortait d'une peine de détention de huit mois pour une autre affaire de fraude lorsqu'il a fait la connaissance de la victime alléguée.

Il avait utilisé des cartes de crédit et des documents bancaires falsifiés. Il avait même imité des documents légaux émis au nom d'un notaire de la région de Saint-Hyacinthe et d'un avocat criminaliste de Sherbrooke.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer