Une courtière immobilière vit un cauchemar informatique

L'agente immobilière Andrée Poulin s'est fait pirater son... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

L'agente immobilière Andrée Poulin s'est fait pirater son compte Facebook.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La courtière immobilière sherbrookoise Andrée Poulin nage en plein cauchemar informatique depuis la fin de semaine dernière. Un individu ou une organisation sans scrupule utilise sa page Facebook professionnelle pour tenter de duper les gens en offrant des prêts d'argent frauduleux.

Les fraudeurs ont pris possession de son identité et offrent des prêts entre particuliers à un taux très avantageux. Offre qui est fausse et de toute façon illégale.

« Prêt entre particuliers à 3 % - Denise Gagné (québécoise), offre effectivement des prêts privés à 3 % le taux d'intérêt annuel, voici son menu : Prêts immobiliers, Prêts à l'investissement, Prêt automobile, Dette de consolidation, Rachat de crédit et autres!! », indique l'annonce sur la page professionnelle de la courtière immobilière Andrée Poulin de Via Capitale Estrie.

Une adresse courriel et un numéro de téléphone au Québec sont soumis pour tenter de piéger des particuliers.

« Ils ont pris possession de mon identité et répondent en mon nom. Je n'ai plus accès à mes pages pour dire de faire attention. Ils me demandent de l'argent si je veux ravoir accès à ma page », soutient Andrée Poulin.

Cette dernière a signalé la fraude auprès de Facebook et un spécialiste en informatique travaille à régler le problème.

« Je veux éviter que les gens donnent des informations à ces fraudeurs et se fassent arnaquer. Étant donné qu'une carte de crédit est reliée à ma page professionnelle, ils ont réussi à me soutirer 1300 $ avant que je puisse faire bloquer ma carte », explique Andrée Poulin.

Cette mésaventure perdure depuis samedi dernier.

« J'ai cliqué sur le message d'invitation d'amitié d'une personne que je connais et je crois que c'est à partir de ce moment qu'ils ont pris possession de mon compte. Je reçois des appels de partout au Québec pour savoir si cette affaire de prêts est vraie », indique Andrée Poulin dont la publicité frauduleuse a été partagée au moins une cinquantaine de fois sans qu'elle ne puisse rien faire.

Une centaine de commentaires sur Facebook posent des questions pour obtenir de l'information sur cette offre frauduleuse.

« Je me sens violée dans mon identité. C'est terrible que des gens utilisent mon nom et tentent de salir ma réputation de cette façon parce que j'utilisais les réseaux sociaux dans le cadre de mon travail. Ce qu'il y a encore pire c'est que des gens vulnérables risquent de se faire avoir avec cette fausse offre. Je tente de le faire savoir au plus de personnes possible de ne pas contacter ces gens » signale la courtière immobilière qui a contacté le Centre antifraude du Canada ainsi que le Service de police de Sherbrooke.

« Nos enquêteurs doivent démêler le vrai du faux dans ce type de fraude. Les médias sociaux présentent un danger pour le vol d'identité parce que des numéros de carte de crédit, des numéros de téléphone, des courriels et d'autres informations professionnelles sont accessibles. Il ne faut surtout pas accepter de payer les rançons demandées », soutient le porte-parole du SPS, Martin Carrier.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer