Karine Major demeure introuvable

Karine Major... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Karine Major

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Originaire de Blainville, au nord de Montréal, résidant maintenant à Rimouski dans le Bas-Saint-Laurent, disparue mardi en se rendant au travail à Amqui en Gaspésie, Karine Major pourrait se trouver n'importe où au Québec, dont Sherbrooke où elle a complété ses études universitaires en 2016.

Camille Dauphinais-Pelletier... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Camille Dauphinais-Pelletier

Photo tirée de Facebook

Cette disparition ébranle la communauté scoute de l'Association des aventuriers de Baden-Powell (AABP) à Sherbrooke où la jeune femme de 26 ans a contribué pendant au moins cinq ans lors de ses études au baccalauréat puis à la maîtrise en chimie à l'Université de Sherbrooke.

« Karine est une personne très impliquée. C'est une femme à son affaire et conformiste. Disparaître de cette façon sans donner de nouvelles n'est vraiment pas dans ses habitudes. C'est une fille de réseautage. Elle pourrait être partout au Québec », soutient Camille Dauphinais-Pelletier de la 27e troupe scoute Mena'Sen, une amie Karine Major.

C'est Karine Major qui était responsable de l'IKamu, un important regroupement québécois scout de l'AABP qui se déroulait la fin de semaine dernière à Trois-Rivières, auquel plusieurs scouts de la troupe Mena'Sen de Sherbrooke ont participé.

« Karine était très stressée par l'organisation de cette fin de semaine. Certains avaient remarqué qu'elle était fatiguée à la suite de l'événement. Mais ce n'était pas la première fois qu'elle organisait un événement important », indique Camille Dauphinais-Pelletier.

Karine Major a contribué de belle façon à l'association en contribuant notamment à la mise en place du groupe des Castors pour les 7-8 ans.

« Les bénévoles de Sherbrooke sont sous le choc. Ils se demandent ce qu'ils peuvent faire pour aider. La seule chose que je demande aux gens est de retenir : voiture rouge et K23. Si quelqu'un repère ça, il peut ensuite pousser la recherche plus loin pour le numéro complet de la plaque », indique Camille Dauphinais-Pelletier.

« C'est certain que tous les bénévoles sont bouleversés et préoccupés par sa disparition. Nous tentons d'en parler au plus de gens possible et de faire circuler l'information. Elle a tissé des liens à Sherbrooke, alors il est possible qu'elle soit ici. Il faut rester vigilant et contacter la Sûreté du Québec si quelqu'un sait ou apprend quelque chose pouvant permettre de la retrouver », ajoute Isabelle Lessard de la 27e troupe Mena'Sen.

Selon l'avis de disparition émis par la Sûreté du Québec, Karine Major a été vue pour la dernière fois à son domicile de la rue Saint-Joseph Ouest, à Rimouski, le 9 mai. Elle se déplacerait à bord d'une voiture de marque Nissan Micra 2015 rouge immatriculée K23 GZY.

Elle mesure 1,73 m (5 pi 8 po), pèse 79 kg (175 lb), a les cheveux châtains et les yeux bruns. La dernière fois qu'elle a été vue, Karine Major portait des jeans bleus, un chandail turquoise et une veste de style « kangourou » de couleur gris pâle.

La SQ spécifie que ses proches craignent pour sa santé et sa sécurité.

« Karine si tu lis ce texte, je t'invite à donner signe de vie. Par la suite, tu pourras prendre tout le temps que tu veux. Personne ne va te juger », assure Camille Dauphinais-Pelletier.

Toute personne qui détiendrait des informations pouvant aider à retrouver cette personne est priée de communiquer avec la Centrale de l'information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Un groupe Facebook « Trouvons Karine Major » a aussi été créé.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer