Possession de stupéfiants en prison: Hauver refuse sa condamnation

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Coupable de possession de stupéfiants derrière les barreaux du Centre de détention de Sherbrooke, Allen Hauver n'a pas accepté d'être condamné à y retourner pour les 11 prochains mois.

C'est escorté par les constables spéciaux et les agents des services correctionnels en criant en anglais puis en français qu'il n'y avait pas de justice, «la justice n'existe pas» que l'individu de 25 ans a été conduit en détention au palais de justice de Sherbrooke.

L'homme n'est pas un enfant de choeur. Décrit comme un individu qui ne collabore pas avec les gens qui veulent l'aider dans sa réintégration sociale, Hauver avait été surpris en octobre 2012 avec de la résine de cannabis, du haschich et une cinquantaine de pilules.

Il a plaidé coupable à une possession de stupéfiants au Centre de détention de Sherbrooke, à des bris d'engagement de même que pour un vol.

Visiblement pas préparé à se retrouver à nouveau en détention, il a lancé au juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec qu'il n'acceptait pas la sentence qui lui avait été imposée.

Multipliant les injures, Hauver était hors de lui après avoir été condamné à cette nouvelle peine de détention assortie d'une probation de deux ans.

Au dossier de la Cour, l'ordonnance de probation qui doit être signée par l'accusé reste vierge.

Une note indique «À retourner à l'avocat. Monsieur refuse de signer et de recevoir copie».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer