L'Arche de Noé se refait une beauté après l'incendie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) « Allo, les amis de la garderie. Allô? Allô? Il n'y a personne? »

Le petit Georges Nadeau-Roberge a bien hâte de... (Spectre Média : Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Le petit Georges Nadeau-Roberge a bien hâte de retrouver ses amis de l'Arche de Noé. Sur la photo, il est accompagné de sa mère Noémi Bélanger-Roberge.

Spectre Média : Jessica Garneau

Le petit Georges Nadeau-Roberge cherchait ses amis, jeudi matin, sur le terrain de jeu de l'installation l'Arche de Noé de la rue Brooks à Sherbrooke.

Tout comme les 25 autres enfants du « plus petit CPE de Sherbrooke », Georges ne pourra pas entrer à l'intérieur du bâtiment centenaire où il se rend tous les jours.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, sa mère Noémi Bélanger-Roberge a reçu un appel du CPE Fleurimont l'informant qu'un incendie avait endommagé les locaux où son garçon de cinq ans se rend quotidiennement.

Cette mère de famille ne laissait pas trop paraître la tristesse qui l'afflige de voir ce milieu de vie, à qui elle confie son enfant, subir des dommages par l'eau et la fumée en raison d'un incendie qui s'est déclaré vers 21 h mercredi soir.

« Ici, c'est chez moi. C'est chez mon garçon. C'est une grande famille que nous formons avec les autres parents et les enfants. J'espère que ça ne prendra pas trop de temps avant de rouvrir. Cet endroit, je le souhaite à plusieurs autres enfants dans les prochaines années. Heureusement, le bâtiment ne semble pas trop endommagé », a expliqué Noémi Bélanger-Roberge, qui affirme être rejointe par les valeurs du CPE qui mise sur les jeux extérieurs et le mélange des enfants de 18 mois à cinq ans dans les groupes.

«Il faut rester positif et se relever les manches.»


De l'eau partout

À l'intérieur du 91 de la rue Brooks, le directeur général du CPE David Bélanger et la directrice pédagogique Annie Bisson s'affairaient à constater les dommages et à planifier la suite des choses afin de limiter les impacts sur la vie de Georges, ses amis et leurs parents.

L'eau utilisée par la vingtaine de pompiers du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke pour éteindre le feu, qui a commencé de façon accidentelle dans une chambre du deuxième étage de l'immeuble, s'est infiltrée dans les murs, à travers les planchers et dans le panneau électrique notamment.

L'eau a lentement fait son chemin vers le sous-sol où est gardé le matériel pédagogique des cinq éducatrices du CPE en congé forcé.

La directrice pédagogique Annie Bisson compte faire l'inventaire et si possible sauver le plus de matériel pour les activités des enfants.

« Il est impossible de tout racheter. Il faut rester positif et se relever les manches », estime Annie Bisson.

Même si les pompiers ont recouvert avec des bâches les jeux, meubles et matelas où les enfants s'amusent et font leur sieste dans la « salle multi », l'eau a causé de nombreux dommages.

Le directeur général du CPE Fleurimont et son équipe ont pris rapidement la situation en main.

À peine 15 heures après l'incendie, une équipe d'intervention après-sinistre était en place pour aspirer l'eau et procéder au nettoyage des lieux.

Vendredi matin, un entrepreneur sera dans les locaux de l'installation l'Arche de Noé pour réaliser les travaux les plus urgents en vue d'une réouverture rapide.

David Bélanger assure que Noémi Bélanger-Roberge tous comme les parents seront informés de la situation.

Même si ce n'est pas dans tout le bâtiment, l'espoir reste présent pour Georges Nadeau-Roberge et ses amis qu'ils puissent renouer dès le début de la semaine prochaine. Et cette fois les appels de Georges aux autres enfants ne devraient pas rester sans réponse.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer