Menaces de mort sur un agent des services correctionnels

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Des menaces de mort envers un agent des services correctionnels du Centre de détention de Sherbrooke coûteront trois mois de liberté supplémentaires à un détenu.

José Alberto Reyes a reconnu les gestes commis à la prison de la rue Talbot les 9 et 10 septembre 2016.Les démêlés entre l'agent de la paix et le détenu remontaient déjà à plusieurs mois.

Lors de l'événement qu'il a reconnu jeudi au palais de justice de Sherbrooke, Reyes n'a pas aimé que l'agent en question intervienne dans une situation où il était impliqué.

Huit agents des services correctionnels étaient intervenus pour maîtriser Reyes à l'aide de poivre de Cayenne.

Lorsque le détenu a vu l'agent en question, il lui a dit : « Tu vas payer de ta vie ».

Devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, il a soulevé qu'il avait été victime de propos raciste en détention de la part de cet agent. Le magistrat l'a invité à porter plainte auprès des autorités compétentes en la matière et que faire des menaces de mort n'était pas la solution pour régler le problème.

Une peine de trois mois supplémentaires à celle de dix-huit mois qu'il purge actuellement pour une affaire de vol lui a été imposée.

Un interdit de contact a aussi été imposé à Reyes avec l'agent des services correctionnels en question. Une note à cet effet sera inscrite sur le mandat de renvoi de José Alberto Reyes vers la prison.

C'est Me Kim Dingman qui défendait l'accusé, alors que Me Marilène Laviolette représentait le ministère public.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer