Le juge refuse de libérer Veilleux et Sanders

Francis Veilleux et Michaël Sanders resteront détenus....

Agrandir

Francis Veilleux et Michaël Sanders resteront détenus.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Francis Veilleux et Michaël Sanders resteront détenus.

Sanders et Veilleux sont accusés d'être à l'origine de vols en série commis entre le 11 et le 22 mars à Sherbrooke en compagnie de Francis Deslauriers.

Ils revenaient devant la justice vendredi à Sherbrooke et ont demandé à être remis en liberté sous la condition de suivre une thérapie.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a refusé d'accorder sa confiance aux deux accusés.

«Je ne crois pas à leur volonté d'entreprendre un processus thérapeutique. Selon moi, ils font appel à ces centres de façon utilitaire pour éviter la détention», a mentionné le juge aux deux accusés.

Sanders et Veilleux semblaient abasourdis de la décision du tribunal de leur refuser leur remise en liberté sous condition.

Le tribunal a invoqué que la détention de Sanders et Veilleux était nécessaire tant pour assurer la protection du public que pour ne pas miner la confiance du public envers l'administration de la justice.

Une ordonnance de non-publication empêche de révéler les faits de cette cause.

Francis Deslauriers, qui est aussi accusé en compagnie de Michaël Sanders et Francis Veilleux, avait été remis en liberté en maison de thérapie.

Veilleux, Deslauriers et Sanders sont accusés d'une série de vols commis entre le 11 et le 22 mars. Ils font face à une trentaine de chefs d'accusation.

Les trois accusés auraient visité le Centre de foires de Sherbrooke, le Centre de formation professionnelle 24-Juin, la Base de plein air André-Nadeau, le Complexe Thibault-GM, le chalet du mont Bellevue de même que les restaurants Shogun Sushi et Pizzeria Stratos de la 12e Avenue.

Selon les endroits, ils visaient les guichets automatiques et les petites caisses.

Ils sont accusés d'introduction par effraction dans l'intention d'y commettre un vol, de port de déguisements, de possession d'outils de cambriolage, de possession d'arme prohibée et de possession d'arme à autorisation restreinte.

Âgés de 20 à 23 ans, ils ont été arrêtés dans la nuit du 25 au 26 mars.

Les avocats de la défense, Me Benoît Gagnon de l'aide juridique et Me Christian Raymond, ont remis les dossiers de leurs clients au 27 avril prochain.

C'est Me Geneviève Crépeau qui représente le ministère public dans cette affaire.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer