Les faits divers en bref

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un père violent plaidera coupable

Un jeune père de famille de Lambton devrait reconnaître les accusations de voies de fait graves sur sa fillette de 33 jours.

Le dossier de l'individu était de retour devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, mardi, au palais de justice de Sherbrooke.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre et l'avocate de la défense Me Audrey Parizeau ont mentionné au tribunal qu'il y avait eu beaucoup de discussions au dossier et qu'il devrait se terminer par un plaidoyer de culpabilité.

Les deux avocates poursuivent leurs discussions relativement à une possible suggestion commune.

Une date pour la conclusion du dossier au palais de justice de Lac-Mégantic sera fixée le 5 mai prochain.

L'accusé dans cette affaire avait été remis en liberté par le tribunal sous de sévères conditions après son arrestation en août 2016.

Les événements en cause seraient survenus le 3 août dernier au domicile du couple à Lambton. On ne craindrait pas pour la vie de l'enfant.

Une ordonnance de non-publication empêche d'identifier l'accusé pour ne pas identifier la victime alléguée. L'enquête sur remise en liberté était également frappée d'une ordonnance de non-publication empêchant de révéler les faits de la cause.

L'accusation de voies de fait grave est passible d'une peine d'incarcération maximale de 14 ans.

Ronald Nolet... (Archives, La Tribune) - image 2.0

Agrandir

Ronald Nolet

Archives, La Tribune

Une victime de Ronald Nolet admet avoir tenté de se faire justice

L'une des victimes de Ronald Nolet a reconnu avoir tenté de se faire justice elle-même sur l'abuseur sexuel.

La seule victime masculine de Nolet a plaidé coupable, mardi, aux accusations de voies de fait simple sur Ronald Nolet et son fils de même que de manipulation négligente d'arme à feu au palais de justice de Sherbrooke.

Ronald Nolet a été reconnu coupable d'une vingtaine de chefs d'accusation, dont 15 pour des gestes à caractère sexuel et d'autres pour possession et trafic de drogue et bris de probation.

Les gestes reprochés sont survenus entre 2006 et 2014, à l'endroit de cinq jeunes, quatre filles et un garçon, alors âgés de 11 à 14 ans.

Lorsque cette victime masculine à appris qu'il avait commis des gestes à caractère sexuel sur d'autres personnes, il s'est présenté chez Nolet muni d'une arme de calibre.12.

Il a défoncé la porte puis il a bousculé Nolet et son fils qui tentait de mettre fin à l'altercation.

Lors des observations sur la peine qui se dérouleront le 3 juillet prochain, Ronald Nolet et son fils ont demandé à être entendus devant le tribunal.

Lors de l'imposition de la peine dans son dossier, Nolet avait été décrit par le juge comme un être manipulateur qui a profité de la vulnérabilité de ses victimes, de son statut d'autorité envers eux et de la confiance dont il bénéficiait de la part des parents de ces jeunes, dont il était un ami.

Frédéric Beaudoin... (Archives, La Tribune) - image 3.0

Agrandir

Frédéric Beaudoin

Archives, La Tribune

Frédéric Beaudoin sera jugé en juillet

Accusé de leurre informatique sur 24 victimes alléguées, Frédéric Beaudoin subira son procès en juillet prochain.

L'individu qui disait avoir besoin d'une gardienne d'enfants sur Facebook pour attirer des victimes alléguées était de retour devant le tribunal, mardi au palais de justice de Sherbrooke.

Beaudoin, âgé de 32 ans, a été arrêté pour leurre informatique auprès de sept jeunes filles âgées de 14 à 16 ans. Le Magogois aurait même eu des contacts sexuels avec l'une des présumées victimes. D'autres accusations se sont ajoutées par la suite pour atteindre le nombre de victimes alléguées.

Les événements seraient survenus entre le 26 mars et le 16 avril 2016 à Magog.

Son avocat Me Guy Plourde et la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre ont remis une liste d'admissions au tribunal afin de réduire la durée du procès.

Sur les 24 plaignantes au dossier, sept d'entre elles seront assignées devant le tribunal.

Beaudoin contestera le caractère « libre et volontaire » de la déclaration qu'il a livrée aux policiers de Magog dans cette affaire.

Les jeunes filles auraient été abordées sur Facebook où elles échangeaient avec un homme prétendant chercher une gardienne pour ses enfants ou une fille de ménage à son domicile de la rue Ruisseau Rouge. De jeunes filles auraient refusé de se présenter chez l'homme, alors que certaines se seraient présentées chez lui. L'une d'elles aurait été victime de contacts sexuels le 16 avril.

Il est accusé de plusieurs chefs, soit d'avoir communiqué avec une personne de moins de 16 ans par informatique pour faciliter la commission d'un crime, de contacts sexuels et de possession de cannabis.

Des jeunes filles auraient refusé d'aller chez l'homme, alors que d'autres y seraient allées.

Le procès est une question d'intention.

Les dates du 19 au 21 juillet prochains ont été retenues pour la tenue du procès.

Le dossier de Robert Pépin remis

Détenu depuis octobre 2016, Robert Pépin devra patienter encore quelques semaines avant de recevoir sa peine de détention.

Pépin, qui possède des antécédents judiciaires en matière sexuelle, a reconnu des crimes en lien avec la pornographie juvénile sur une période de huit ans en mars dernier.

Le tribunal a consenti, mardi, à remettre son dossier au 5 mai pour la tenue des observations sur la peine.

Pépin a reconnu avoir accédé et possédé de la pornographie juvénile entre novembre 2008 et octobre 2016.

Âgé de 71 ans, Robert Pépin avait été arrêté en possession de pornographie juvénile en octobre 2016. La Sûreté du Québec avait procédé à la saisie du matériel informatique à son logement. Le Sherbrookois est détenu depuis son arrestation.

C'est une enquête de la division des crimes majeurs de la SQ qui a permis de procéder à l'arrestation de Pépin.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre et l'avocate de la défense Me Caroline Saint-André de l'aide juridique s'adresseront donc au juge en mai prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer