Sherbrooke frappée par de nombreux vols

Une série de vols dans des résidences est... (123RF)

Agrandir

Une série de vols dans des résidences est survenue au cours de la fin de semaine à Sherbrooke.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une série de vols dans des résidences est survenue au cours de la fin de semaine à Sherbrooke.

Le Service de police de Sherbrooke a déjà appréhendé un suspect qui pourrait être relié à au moins l'un des six vols commis au cours de la fin de semaine.

Cinq endroits ont été visités dans l'est de Sherbrooke. Le suspect a visité des résidences et logements des rues Baron, Aéroport, Brulotte ainsi qu'à deux endroits sur la rue Terrill.

Des vols ont aussi été rapportés sur les rues Buck dans le Nord de la ville ainsi que sur la rue Favreau dans le secteur Rock Forest.

Les vols sont survenus entre samedi à 20 h 30 et dimanche vers 15 h.

« Nous allons analyser si ces vols sont reliés entre eux. Les voleurs ont brisé des vitres et défoncé des portes pour entrer dans les résidences visées. Des bijoux, des appareils photo ainsi que de l'argent ont été dérobés », mentionne le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Philippe Dubois.

Fin de semaine chargée pour les policiers de Magog

Les agents de la Régie de police de Memphrémagog (RPM) ont fait face à de la résistance lors de l'arrestation d'une femme de Magog dans un bar du centre-ville.

Vers 3 h 10 dans la nuit de vendredi à samedi, les policiers ont procédé à l'arrestation de la femme âgée de 23 ans. Un mandat avait été émis contre elle, mentionne Paul Tear, porte-parole de la RPM.

« La femme a été libérée avec promesse de comparaître, dit-il. Elle devra aussi répondre à une accusation de possession de méthamphétamine. »

« Deux hommes de 27 et 43 ans ont aussi été arrêtés pour entrave au travail des policiers lors de l'arrestation de la femme.»

Permis suspendu

Dans un autre dossier, un Magogois de 46 ans a été intercepté sur la rue Saint-David à Magog pour conduite avec les capacités affaiblies par la drogue. « Un agent évaluateur a été demandé pour lui faire passer les tests usuels », précise M. Tear.

« Comme il a échoué, son permis a été suspendu 24 heures et a dû fournir un échantillon d'urine pour analyse. Il a été libéré par sommation en attendant les résultats de l'analyse. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer