Le voleur trahi par une blessure au bras plaide coupable

Trahi par une blessure au bras alors qu'il... (Photo thinkstock)

Agrandir

Trahi par une blessure au bras alors qu'il effectuait un vol dans un logement de la 4e avenue à Sherbrooke, David Paquette a reconnu les accusations déposées contre lui.

Photo thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Trahi par une blessure au bras alors qu'il effectuait un vol dans un logement de la 4e avenue à Sherbrooke, David Paquette a reconnu les accusations déposées contre lui.

Paquette a été retrouvé ensanglanté dans les toilettes de l'hôtel Albert à Sherbrooke quelques minutes après s'être coupé en tentant de pénétrer dans un logement alors que les occupants s'y trouvaient.

Confus à la suite de son arrestation, Paquette avait été évalué en psychiatrie légale concernant son aptitude à comparaître. Il a été déclaré apte par le tribunal.

Devant le juge Paul Chevalier de la Cour du Québec, mardi au palais de justice de Sherbrooke, il a plaidé coupable à l'accusation d'introduction par effraction dans une maison d'habitation.

L'accusé a effectué le vol en compagnie d'un autre individu dans un duplex de la 4e avenue vers 23 h le 16 mars dernier.

Paquette et un autre individu, toujours recherché par les policiers, ont cogné à répétition à la porte d'un logement et l'ont forcée pour tenter d'y pénétrer. Les occupants du logement tentaient de la retenir de l'intérieur.

À un certain moment, David Paquette a défoncé une vitre pour tenter de débarrer la porte et il s'est coupé. Il a alors pris la fuite à pied en laissant des traces de sang derrière lui.

Une trentaine de minutes plus tard, David Paquette a été découvert dans les toilettes du bar, en mauvais état tant physique que mental.

Il a alors été transporté à l'hôpital avant que des accusations soient portées contre lui.

Devant le tribunal, Paquette a reconnu les faits.

Son avocate Me Jessyca Duval a trouvé une maison de thérapie afin que Paquette puisse être remis en liberté en attendant les observations sur la peine.

Il devra respecter une série de conditions.

C'est Me Nathalie Robidoux qui représente le ministère public dans ce dossier.

« Le dossier d'enquête est encore ouvert. Nous sommes à la recherche de l'autre suspect dans cette affaire », mentionne le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer