Michée Roy coupable de l'homicide involontaire de son fils

Michée Roy a bel et bien secoué son...

Agrandir

Michée Roy a bel et bien secoué son enfant de 69 jours avec violence causant ainsi son décès.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Michée Roy a bel et bien secoué son enfant de 69 jours avec violence causant ainsi son décès.

La juge Claire Desgens de la Cour du Québec a déterminé que l'individu de 36 ans avait commis le crime d'homicide involontaire coupable de son fils Kylen Roy.

Lors des quatre jours du procès, la poursuite a démontré que l'enfant de 69 jours avait été victime, le 1er janvier 2015, du syndrome du bébé secoué, maintenant appelé traumatisme crânien non accidentel (TCNA) par le corps médical, provoquant le décès de Kylen Roy le 7 juin 2015.

Citant Michée Roy dans sa version donnée aux enquêteurs de la Sûreté du Québec, la juge Desgens a identifié « le moment exact où il s'est passé quelque chose » le 1er janvier 2015 alors que Kylen Roy se trouvait en parfaite santé et que l'accusé avait « l'opportunité exclusive » de commettre le crime alors qu'il se trouvait seul avec l'enfant à son domicile du chemin Melbourne à Richmond.

« Il (NDLR : Kylen Roy) avait plus de pleurs comme si je lui faisais peur. Je ne voyais pas la raison. Il s'est calmé lorsque je l'ai mis sur le divan », cite la juge Desgens.

Elle a souligné que Michée Roy avait mis dix jours avant d'avancer la thèse de l'accident qu'elle qualifie d'invraisemblable et qui « contribue à la thèse d'un geste intentionnel qu'il a peut-être regretté depuis, mais dont l'aveu partiel et tardif démontre à tout le moins une conscience coupable ».

La juge a noté les diverses versions données par Michée Roy aux autorités pour expliquer l'état de son enfant.

« À l'analyse des versions changeantes de l'accusé, de ses mensonges répétés sur l'existence d'un quelconque incident ayant pu causer à Kylen ses difficultés respiratoires, ses lésions cérébrales et rétiniennes multiples et, devant l'invraisemblance des dernières versions qu'il a données où il rapporte avoir échappé accidentellement son fils en lui cognant le front ou le derrière de la tête sur son épaule, après avoir nié qu'il lui était arrivé quelque chose, ces explications tardives ne sont pas crédibles, elles ne tiennent pas du tout la route et ne sont pas de nature à soulever un doute raisonnable », conclut la juge Desgens.

La juge Desgens a déterminé que la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Line Ducharme s'était déchargée du fardeau de la preuve.

« Malgré les contre-interrogatoires ciblés, documentés et pertinents réalisés par le procureur de l'accusé, pour amoindrir la valeur des conclusions des rapports des experts Cyr et Dazé, malgré l'hypothèse qui a pu être avancée que d'autres tests, tant cliniques que post mortel auraient pu être réalisés, pour en arriver à un diagnostic d'une certitude scientifique absolue, il n'en demeure pas moins que tirer ici une conclusion différente face à l'ensemble de la preuve administrée ne serait que pure spéculation », soutient la juge.

Michée Roy restera en prison jusqu'aux observations sur la peine dans son dossier le 2 juin prochain.

« C'est certain que nous allons demander une longue peine de détention », indique Me Ducharme.

L'oncle de la victime, André Paquin, est soulagé que le processus judiciaire tire à sa fin.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer