Un procès de quelques jours pour Beaudoin

Frédéric Beaudoin et son avocat Me Guy Plourde.... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Frédéric Beaudoin et son avocat Me Guy Plourde.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le procès de Frédéric Beaudoin, accusé de 27 chefs de leurre informatique d'enfants, pourrait être réduit considérablement.

L'individu qui disait avoir besoin d'une gardienne d'enfants sur Facebook pour attirer des victimes alléguées était de retour devant le tribunal, mardi au palais de justice de Sherbrooke.

Beaudoin, agé de 32 ans, a été arrêté pour leurre informatique auprès de sept jeunes filles âgées de 14 à 16 ans. Le Magogois aurait même eu des contacts sexuels avec l'une des présumées victimes. D'autres accusations se sont ajoutées par la suite pour atteindre le nombre de victimes alléguées.

Les événements seraient survenus entre le 26 mars et le 16 avril 2016 à Magog.

Les jeunes filles auraient été abordées sur Facebook où elles échangeaient avec un homme prétendant chercher une gardienne pour ses enfants ou une fille de ménage à son domicile de la rue Ruisseau Rouge. De jeunes filles auraient refusé de se présenter chez l'homme, alors que certaines se seraient présentées chez lui. L'une d'elles aurait été victime de contacts sexuels le 16 avril.

Il est accusé de plusieurs chefs, soit d'avoir communiqué avec une personne de moins de 16 ans par informatique pour faciliter la commission d'un crime, de contacts sexuels et de possession de cannabis.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre doit soumettre à l'avocat de la défense Me Guy Plourde une série d'admissions d'ici vendredi afin de réduire la durée du procès dans cette affaire.

Des jeunes filles auraient refusé d'aller chez l'homme, alors que d'autres y seraient allées.

Les négociations entre les avocats pourraient permettre de faire passer la preuve de trois semaines à deux ou trois jours.

« Ce procès est une question d'intention », a expliqué au tribunal Me  Plourde.

Le procès de Frédéric Beaudoin sera fixée le 24 février prochain.

Porno juvénile et contacts sexuels

Un autre individu accusé de gestes à caractère sexuel sur des mineurs était de retour devant le tribunal, mardi.

Michaël Lessard-Mc Mitchell a fixé son procès pour contacts sexuels sur une mineure au 5 juin prochain.

Son avocat Me Jean-Pierre Gagnon entend par la suite présenter une requête relative aux chefs d'accusation de possession de pornographie juvénile.

Ce dernier a confirmé au juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec que si la requête est rejetée, l'accusé plaidera coupable à cette accusation. La preuve relative à cette infraction criminelle a été trouvée lors d'une perquisition relative à l'infraction de contacts sexuels. Me Gagnon entend contester les motifs du mandat de perquisition émis contre son client le 8 août 2016. Cette requête sera débattue le 19 juin prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer