La victime de Juneau n'a pas de souvenir

Félix Juneau a été remis en liberté sous... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Félix Juneau a été remis en liberté sous conditions.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La victime alléguée de Félix Juneau est sortie de l'hôpital, mais ne se rappelle plus des événements survenus à Windsor.

Juneau était de retour, lundi, au palais de justice de Sherbrooke, dans une affaire où il est accusé d'avoir blessé gravement un autre homme en lui assénant deux coups de bâton de baseball au début du mois de novembre 2016. Juneau est accusé de voies de fait graves et voies de fait causant des lésions.

La procureure aux poursuites criminelles Me Stéphanie Landry a déposé au tribunal une mise à jour du rapport médical de la victime alléguée. Me Christian Raymond en défense a aussi déposé au tribunal des pièces de l'évolution de son client.La violente bagarre s'est déroulée dans la nuit du 5 au 6 novembre dernier sur la rue de l'Église. Juneau, qui dormait, a été réveillé par le bruit fait par son cousin et celui qui deviendra la victime dans cette affaire. Juneau serait sorti de sa chambre pour demander aux deux hommes de se taire. La victime alléguée dans cette affaire lui aurait donné une gifle au visage. Félix Juneau aurait répliqué en lui donnant un premier coup de bâton de baseball avant de lui en asséner un autre alors qu'il se trouvait inanimé au sol.

Son enquête préliminaire sera fixée le 24 mars prochain.

Début du procès de Ronald Bailey

Ronald Bailey de Magog subit son procès pour divers gestes à caractère sexuel depuis lundi au palais de justice de Sherbrooke.

Les quatre victimes alléguées doivent être appelées à la barre lors des sept jours que doit durer ce procès.

Bailey fait face à onze chefs d'accusation de contacts sexuels, d'incitation à des contacts sexuels et d'agression sexuelle sur quatre garçons âgés de 7 à 11 ans entre 1996 et 2011.

Des admissions sur le caractère libre et volontaire d'une déclaration ainsi que des points techniques concernant l'écoute électronique ont été faites par les deux avocats au dossier au début du procès.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre doit appeler à la barre onze témoins lors du procès qui se déroule devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec.

Bailey a été remis en liberté à la suite de son arrestation en septembre 2014 dans cette affaire.

Ronald Bailey a déjà été condamné à purger 47 mois de prison en septembre 2008 dans une affaire de drogue.

Cette organisation criminelle contrôlait la vente de cocaïne dans les bars de Magog, dans un point de vente à Stanstead sans compter ce qu'ils livraient.

C'est Me Patrick Fréchette qui assure la défense de Ronald Bailey.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer