Récidiviste du braquage à domicile: la Couronne réclame 12 ans de prison

La procureure de la Couronne Me Cynthia Cardinal a demandé à ce que l'on... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) La procureure de la Couronne Me Cynthia Cardinal a demandé à ce que l'on inflige une peine de détention exemplaire de 12 années au récidiviste Pierre junior Rhéaume-Taillon pour s'être introduit chez un couple âgé, puis l'avoir battu et volé le 11 décembre 2013 à Saint-Rosaire.

Afin de motiver la lourde peine, l'avocate mise notamment sur la gravité des gestes posés, leur préméditation, ainsi que le nombre de récidives. Elle a d'ailleurs plaidé, au cours des derniers mois, pour que l'accusé soit considéré comme un délinquant à contrôler.

De son côté, l'avocat de Rhéaume-Taillon, Me Jean-Philippe Anctil, a demandé une peine de cinq ans de prison ferme, soit deux de plus que la dernière purgée par son client. Il martèle que l'implication de son client dans cette affaire est moindre, ce dernier n'ayant pas pénétré dans le domicile afin de rouer ses occupants de coups. Il a également exprimé des remords. Selon ses dires, les victimes devaient être des trafiquants de drogue et non pas des agriculteurs sans histoire.

«Je regrette d'avoir fait des victimes innocentes. Je ne suis pas quelqu'un qui attache des personnes sans défense. On m'avait dit que c'était des vendeurs de pot qui cachaient 100 000 $ provenant du trafic. Avoir su qu'il s'agissait de gens qui avaient travaillé fort pour leur argent, je n'y serais pas allé.»

Rappelons que Rhéaume-Taillon et au moins deux complices se sont présentés au domicile de Claude et Céline Laroche, prétextant qu'ils étaient en panne et qu'ils avaient froid.

Prudemment, l'agriculteur leur a tendu un téléphone sans fil afin qu'ils puissent demander de l'aide. Au moment de rendre le combiné, l'accusé a asséné un coup de poing au visage de l'homme de 72 ans et a fracassé une vitre afin de pénétrer dans la demeure.

Les deux malfaiteurs, dont un était armé d'une arme de chasse, ont fait irruption dans le domicile et ont ligoté ses occupants à l'aide de ruban adhésif gris et d'un cordon de téléphone. Ils ont fouillé la maison pendant un peu plus d'une trentaine de minutes jusqu'à ce qu'ils mettent la main sur le magot. Ils ont ensuite pris la fuite en prenant soin d'apporter les combinés avec eux, ainsi que les enregistrements des caméras de surveillance extérieures.

Le juge Jacques Lacoursière rendra son verdict le 15 février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer