Il tire les cheveux de sa fille pour l'empêcher de faire le 9-1-1

Une chicane de couple après une soirée bien... (123RF)

Agrandir

Une chicane de couple après une soirée bien arrosée avec des amis a dégénéré au point où un individu se retrouve maintenant avec un casier judiciaire pour des voies de fait simple sur sa fille.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une chicane de couple après une soirée bien arrosée avec des amis a dégénéré au point où un individu se retrouve maintenant avec un casier judiciaire pour des voies de fait simple sur sa fille.

L'individu de 36 ans du secteur de Coaticook a plaidé coupable d'avoir tiré les cheveux de sa fille de six ans alors qu'elle contactait le 9-1-1 pendant que la situation dégénérait dans la maison.

Une sentence suspendue avec suivi par un agent de probation pendant une année lui a été imposée. Il ne pourra entrer en contact avec celle qui est devenue son ex-conjointe ainsi qu'avec sa fille sauf sous supervision au cours de cette période.

La juge Hélène Fabi de la Cour du Québec a aussi condamné l'individu à verser un don de 300 $ à l'organisme La Bouée, une maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants.

C'est le 25 septembre dernier que la situation a dégénéré dans la résidence familiale de la MRC de Coaticook.

Pendant que la fillette se trouvait dans sa chambre, l'accusé et sa conjointe étaient dans le spa à l'extérieur de la résidence avec un couple d'amis après le souper.

À un certain moment, le suspect s'y est retrouvé seul avec la femme de leur couple d'amis. À partir de sa chambre, la fille du couple a aperçu son père avec l'autre femme qui avait les seins nus.

Dans un contexte tendu où la jalousie a fait surface, le couple d'amis a quitté les lieux.

La discussion houleuse s'est cependant poursuivie entre l'accusé et sa conjointe à l'intérieur de la résidence puis dans la chambre à coucher.

Le suspect s'en est alors pris physiquement à sa conjointe.

La fillette de six ans, qui a entendu la scène de ménage, a voulu aider sa mère en se rendant dans la chambre de ses parents. Elle a alors donné des coups de pied à son père pour qu'il lâche prise. Sa mère lui a dit d'appeler le 9-1-1.

Avant que la fillette puisse parler, le père lui a arraché le combiné téléphonique des mains en lui tirant les cheveux, le geste de voies de fait reconnu par l'accusé.

Le combiné est tombé au sol, mais la ligne n'a pas été coupée.

Le préposé au 9-1-1 a pu entendre les cris stridents de l'enfant et la chicane de couple qui se poursuivait à l'intérieur de la maison. L'appel a été retracé.

Les patrouilleurs de la Sûreté du Québec sont rapidement intervenus pour mettre fin à la scène de violence conjugale.

La fillette a alors déclaré aux policiers que son père lui avait fait mal en lui tirant les cheveux.

Le père de famille a été arrêté et un signalement a été fait à la DPJ.

Un interdit de contact a été ordonné avec l'enfant. La mère de l'enfant a coupé les contacts avec l'accusé.

Les contacts pourront être rétablis avec la mère seulement avec son accord et avec l'enfant dans le cadre d'un jugement du tribunal en matière familiale.

L'individu de 36 ans a plaidé coupable la journée de son procès.

Sa peine lui a été imposée à la suite d'une suggestion commune de la procureure aux poursuites criminelles Me Isabelle Dorion et de l'avocat de la défense Me Christian Raymond.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer